Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques Singulières

    Pour les amateurs de dépaysement, de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique !
    Index des musiciens à votre disposition dans la Catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures. 
N.B Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

Publicités imposées !

Chers visiteurs,

  Désolé pour l'invasion publicitaire, consternante : je la déplore et j'en souffre autant voire plus que vous. En attendant une alternative (pas facile), je vous conseille, si vous naviguez avec Firefox, d'installer une extension anti-pub.

8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 17:29
Douwe Eisenga - The Piano Files II

La musique du bonheur  

   Le compositeur néerlandais Douwe Eisenga nous gâte en ce moment. Après le très beau Simon Songs, le piano reste à l'honneur avec ses Piano Files II, son compatriote Jeroen van Veen toujours au clavier.

   Les Chants d'automne (titre en français) qui ouvrent l'album sont les dignes successeurs des Chants estivaux du Piano Files de 2009. Écrits pour quatre pianos, tous sous les doigts de Jeroen, ils nous entraînent irrésistiblement dans leurs mélodies tournoyantes, leurs éclats sereins et clairs. C'est une averse belle de notes vives, une folie joyeuse, comme une course dans les champs baignés de soleil, tantôt ralentie par une saine fatigue, tantôt prise d'accès de fougue incandescente. On ne s'arrête jamais, sauf une fois, épuisés de bonheur, avec une reprise toute en quasi sourdine d'une délicatesse élégiaque, et l'on se laisse aller dans une apesanteur rêveuse, doucement carillonnante. Magnifique !

   Kick, version pour deux pianos, commence par une introduction presque mystérieuse, le deuxième piano répondant comme par brèves monosyllabes décalées aux boucles obstinées et contournées du premier, puis le dialogue se fait plus égal. La marche se poursuit, tranquille, avant un bref silence et une reprise en accéléré. La pièce est une exploration brillante de motifs entrelacés typique d'un minimalisme que Douwe préfère nommer "maximalisme", puisqu'il tire le maximum d'un matériau limité, mais plus mélodique que dans le minimalisme et emprunte d'un rythme volontiers effréné, que je rattache aux musiques foraines, aux manèges, d'autant que "kick" signifie "ruade". La seconde partie de ces seize minutes est absolument éblouissante, d'une étincelante puissance, c'est tout juste si la coda nous laisse souffler.

   La suite nous propose une version pour deux pianos de son concerto de piano, en trois mouvements : plutôt vif, lent, puis animé et énergique. Le premier mouvement va caracolant à un rythme métronomique comme une machine bien huilée, avec de beaux aperçus contrapuntiques. Le second chemine doucement, câlin, dans des médiums ponctués de quelques aigus et d'un zeste de graves, d'où son aspect velouté, chatoyant, comme une draperie légèrement agitée par la brise, mais d'une grâce pudique de jeune fille dansant, à peine ondulante, avant de se lancer sans frein dans la joie du mouvement vers la fin, puis de revenir à sa retenue et de s'immobiliser. Le troisième mouvement propose d'abord la chevauchée exquise de deux cavaliers qui virevoltent, font des entrechats : rien d'appuyé, c'est d'une légèreté aérienne, puis le ton se fait plus grave, le morceau monte en puissance, la cadence devient obstinée, les variations serrées. Pièce diabolique, martelée avec une précision, une élégance incroyables. Et quel souffle, quelle jubilation dans ces ajours sertis de lumière, de la dentelle pianistique qui nous enserre dans ses rets pour notre plus grand plaisir !

-------------------------

Paru en 2016 / 5 titres / 59 minutes environ / Disponible sur le site du compositeur seulement sous forme de fichiers compressés (hélas !), ce qui en dit long peut-être sur la diffusion difficile de beaucoup de musiques, à moins que ce ne soit un choix de la part du compositeur...

Pour aller plus loin :

- la page du site de Douwe Eisenga consacrée au disque.

- une mise en oreille sur soundcloud :

Programme de l'émission du lundi 7 novembre 2016

Florent Ghys : Monday morning /Thursday morning (Pistes. 5 - 6, 15'), extraits de bonjour (Cantaloupe Music, 2016)

Krotz Struder : Cap of lead / The Thought before (p. 8 - 9, 6'20), extraits de 15 Dickinson Songs (Wild Silence, 2016)

Grandes formes :

* Douwe Eisenga : Kick (pour deux pianos (p. 2, 16'10), extrait de Piano Files II (2016)

* Illuha : Diagrams of The Physical Interpretation of Resonance (p. 1, 17'14), extrait de Akari (12k, 2014)

Partager cet article

commentaires

verner 19/01/2017 22:28

SUPER SITE ! Je le découvre ! Moi qui suis possédé par les sons et la Musique... De plus vos commentaires sont éclairés sans être dithyrambiques.
MERCI ! Continuez !!!

Dionys 17/02/2017 10:21

Bonjour,
Toujours heureux de faire des heureux, je vous remercie de vos mots encourageants. Je précise qu'en principe je ne rends compte que de musiques qui me plaisent beaucoup, aussi ne serait-il pas surprenant que je sois dithyrambique, je me laisse porter par mon enthousiasme, ma volonté de contribuer à faire connaître des musiques magnifiques souvent inconnues ou pratiquement, parce que les médias ne font pas leur travail en ce domaine, qu'ils sont sclérosés par des modes, obsédés par un conformisme confondant... Bref, j'espère continuer à vous faire découvrir le meilleur des musiques d'aujourd'hui...
Au plaisir,
Toujours à l'écoute,
Dionys

verner 19/01/2017 22:25

SUPER SITE ! Je le découvre ! Possédé par les sons et la Musique...je trouve ici des ''perles'' qui m'étaient inconnues... Et vos commentaires sont éclairés sans être dithyrambiques.
MERCI ! Continuez...