Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Musiques Singulières

    Au fil du temps, une encyclopédie visuelle et sonore des musiques différentes (plus ou moins). Pour les amateurs de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique ! Utilisez le module "Recherche" pour trouver musiciens ou disques. Créé le 20 février 2007.
N.B. Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 17:00
Murcof - The Alias Sessions

Faut-il présenter Murcof, alias du producteur Fernando Corona  ? Il revient sur The Leaf Label après treize ans. Je m'en réjouis, ayant souvent apprécié ce label. Un double album, de plus, lié à sa collaboration avec le chorégraphe Guilherme Botelho, dont la compagnie de danse située à Genève se nomme "Alias". J'avais déjà repéré Murcof, pour sa collaboration avec la pianiste Vanessa Wagner sur le disque Statea paru en 2016. Le double-album nous propose des "Contre-Mondes" (disque 1) puis un retour à la "Normal" (disque 2). Fernando Corona évoque ses études classiques, quand il étudiait les œuvres de Alfred Schnittke, Valentin Silvestrov ou Giya Kancheli, trois compositeurs bien représentés sur le label ECM New Series. Une voie qu'il a vite abandonnée pour explorer la musique électronique. D'où les paysages des Contre-Mondes, souvent abstraits, grondants, envahis par des drones épais, inquiétants. L'humain a disparu, ne restent que les traces mélodiques d'affects désuets, une ambiance noire, désolée. Disque grandiose, visionnaire, sans concession : l'utopie, dans "Unboxing Utopia", est plombée de drones pesants, lacérée de poussées électroniques opaques, fulgurantes dans l'obscur. Aucune place pour une quelconque lumière. Les percussions massives sont le seul horizon de ces mondes perdus, dévorés par des forces ténébreuses. C'est d'une noirceur superbe, vraiment impressionnante. Le "Nocturnal Sunrise" qui suit est hallucinant, tourné vers un dedans parcouru de forces telluriques magnétiques, d'une densité vertigineuse, qui débouchent sur le "Underwater Lament", incantation techno d'une puissance affolante : on est au cœur des contre-mondes, dans la fabrique des énergies implacables. Voici le triomphe de la Matière, de l'Anti-Lumière, avec des déflagrations chavirantes... "Inevitable Truth" dresse un bilan provisoire de cette plongée abyssale dans les motifs obsédants : du monde ancien, il ne reste rien que des froissements immenses, des textures bousculées, superposées. Nous sommes parvenus dans les "Between Thoughts", entre les pensées, au cœur secret des mystères, les laboratoires de la pensée inverse, d'une beauté sidérante, comme des archanges égarés dans des abysses... Au royaume de l'âme tombée ("Dropped soul") les drones sont rois, bientôt l'ombre règne, royale, et c'est "Shadow Surfing", le neuvième et l'un des plus longs titres de ces "Contre-Mondes", pulsant d'une pulsation noire : le battement secret se creuse de rafales intérieures entrecroisées, comment résister à un déferlement si somptueux dans sa sauvagerie implacable ?

   Le disque 2, "Normal", s'ouvre avec des vents électroniques sombres, prolongés par des tourmentes ourlées de diamants chantants dans les espaces infinis : c'est "Surface Wear"... Tout le second disque est sidérant, du cœur battant de "Ideology Storm" aux déchaînements cinglants à "Void Glance" : de la tempête d'idéologie au regard vide, tout un programme. Avec ce trou noir, "Systemic Amnesia", amnésie systémique. Il n'est pas interdit à la musique électronique de nous dire quelque chose sur notre monde. "Dividing Space" : amoncellements de drones roulants, orgue rutilant et cascadant, coulées vitrifiées, zébrures, et une coda hyper mélancolique, comme un navire qui coule. "Fire Thief" (Le Voleur de feu) suit à la trace des claviers aux boucles vives, autour desquelles s'enroulent  d'autres boucles plus graves, avec à l'arrière-plan des déchirures immenses. Murcof échappe à la grandiloquence par l'ampleur des développements, leur fulgurance, ne nous laissant souffler que dans des codas nostalgiques. Et voici "Systemic Amnesia", plombée de chocs sourds, très vite animée d'une pyrotechnie inquiétante, une musique pour film de Dario Argento ou de George Romero, une musique qui plonge dans un noir éclairé de quelques allumettes craquées à même les roches. Les deux derniers titres, parviendrez-vous à en sortir indemnes ? "Unread Letter" est d'une mélancolie déchirée, mais se laisse aller à une tendance sirupeuse fâcheuse. Heureusement, "Void Glance" reste d'une grandeur lointaine, rumine un désespoir qui se fait sauvage, en roue libre dans les espaces des mondes.

   Fernando Corona est au meilleur quand il laisse libre cours à son penchant épique, à une démesure flamboyante, visionnaire. Un choc majeur.

Paru le 21 mai 2021 chez The Leaf Label / 2 cds / 16 plages / 89 minutes

Pour aller plus loin

- album en écoute et en vente sur bandcamp :

Partager cet article

Publié par Dionys - dans Musiques Électroniques etc...