Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques Singulières

    Pour les amateurs de dépaysement, de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique !
    Index des musiciens à votre disposition dans la Catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures. 
N.B Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

Publicités imposées !

Chers visiteurs,

  Désolé pour l'invasion publicitaire, consternante : je la déplore et j'en souffre autant voire plus que vous. En attendant une alternative (pas facile), je vous conseille, si vous naviguez avec Firefox, d'installer une extension anti-pub.

30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 18:35
Une petite image pour un disque lumineux, fort, d'une jeune galloise de  vingt-trois ans, Nancy Elizabeth, qui sort son premier CD sur le Leaf Label. Elle joue de la harpe celtique à 22 cordes, mais aussi de la guitare acoustique, du dulcimer, du bouzouki, de l'harmonium indien, d'autres instruments pas toujours faciles à identifier, et s'entoure au besoin de violoncelle, cor, guitare électrique (mais oui !) et percussion. Une voix à la Jacqui Mcshee (la chanteuse du mythique groupe folk Pentangle), souple et puissante, limpide et profonde, sert magnifiquement des compositions personnelles aux mélodies évidentes. Si l'inspiration de départ est folk, le résultat n'a rien à voir avec un certain folk figé : aucune mièvrerie, une constante énergie qui nous emporte du côté du rock, de la pop, et l'on peut penser à Phelan Sheppard, ce duo déjà chroniqué ici et également publié par le Leaf label, notamment dans le quatrième titre, The Remote past, aux envoûtantes boucles de harpe relevées par les glissandi de la guitare électrique. 8 Brown Jugs, le sixième titre, est un instrumental qui met en valeur un dulcimer cristallin sur un fond de vagues impressionnantes d'harmonium. Electric, le titre 7, est une ballade élégiaque d'une élégante sobriété terminée par une belle envolée chorale. Hey son, le titre suivant, se développe selon un crescendo rythmé dans la seconde partie par des riffs rageurs de guitare. Un premier disque qui témoigne d'un talent exceptionnel : compositions abouties, agencement intelligent des morceaux, des instruments qui sonnent à merveille, et cette voix, cette voix qui donne parfois des frissons. Ecoutez le titre 11,  Lung, qui pourrait évoquer le travail de Jocelyn Pook (altiste et compositrice d'une partie de la bande originale du dernier film de Stanley Kubrick, Eyes wide shut, dont la célèbre scène du bal masqué ). Le dernier titre, d'abord voix et guitare acoustique, ponctué ensuite de percussions discrètes et obsédantes, nous entraîne même...pas si loin de Thom Yorke, et je n'exagère pas, cela vient de me frapper en le réécoutant. A découvrir absolument ! Elle vient de terminer une tournée anglaise en compagnie de Thee, stranded horses (voir article du 10 avril, où je présentais ce français tombé amoureux de la Kora).
Harold-Budd-Avalon-Sutra.jpgCe serait le dernier opus, en l'occurrence un double album paru en 2004, du grand Harold, maître d'une musique éthérée, mélancolique et méditative, que ses collaborations avec Brian Eno firent connaître d'un large public. Piano brumeux, claviers en nappes vaporeuses sont au rendez-vous d'Avalon sutra, le premier disque, qui présente quatorze pièces parfois très courtes, ciselées comme des esquisses japonaises sur le vide infini. Quelques arrangements de cordes et la présence très inattendue d'un saxophone sopranino sur trois titres élargissent la palette de timbres de ces compositions impeccables, à la rigueur zen. Le second disque est consacré à une longue pièce de plus de soixante minutes, As long as I can hold my breath, remix proposé par Akira Rabelais. Les cordes et les sons électroniques miment une respiration hypnotique que le piano évanescent d'Harold vient hanter par intervalles : la musique devient méditation austère, d'une sérénité implacable. Ennemie du divertissement, dirait Pascal. Pas étonnant que le disque soit paru sur le label samadhisound : revenue des agitations, la musique  mène à l'éveil, la supraconscience...
Samadhi-copie-1.jpgLe programme du soir associait à ces deux artistes Dominique A et Slow six, chroniqués dans les articles précédents.
Programme du dimanche 25 novembre 2007
Nancy Elizabeth : I used to try (piste 2, 3' 32)
                                        Off with your axe (p.3, 4' 21)
                                       The remote past (p.4, 3' )
                                        8 brown jugs (p.6, 2' 48), extraits de Battle and victory(The Leaf Label, 2007)
Dominique A : La mémoire neuve (p.8, 6' 32)
                                 Music Hall (p.11, 6' 29), extraits de Sur nos forces motrices(Cinq 7 Wagram music, 2007)
Harold Budd : Arabesque 3 (p.1, 2' 40)
                                It's steeper near the roses (p.2, 1' 02)
                                L'enfant perdu (p.3, 2' 15)
                                Chrysalis nu (p.4, 1' 59)
                                Three faces west (p.5, 2' 41), extraits de Avalon sutra(samadhisound, 2004)
Slow six the lines we walked when we walked once together (p.3, 30' 32), extrait de private times in public places(If Then Else records, 2004)

 

Partager cet article

commentaires

baptiste 05/12/2007 12:39

jai créé une communauté spéciale chroniques! rejoint la!!

dionys 08/12/2007 17:54

Merci pour le commentaire. Pour la communauté, je déborde largement du rock, même si mon émission est sur une radio Férarock. Je ratisse beaucoup les alentours, et notamment la musique contemporaine au sens large, dans la mesure d'ailleurs où elle vient rôder près des espaces de la pop. Mais pourquoi pas, il faut savoir sortir de son champ pour écouter ailleurs.  Meilleures salutations.                                                                                 Dionys