Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques Singulières

    Pour les amateurs de dépaysement, de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique !
    Index des musiciens à votre disposition dans la Catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures. 
N.B Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

Publicités imposées !

Chers visiteurs,

  Désolé pour l'invasion publicitaire, consternante : je la déplore et j'en souffre autant voire plus que vous. En attendant une alternative (pas facile), je vous conseille, si vous naviguez avec Firefox, d'installer une extension anti-pub.

23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 07:44
        LETTRE à ARM
   Les mots manquent pour dire, Arm tu nous rends "l'odeur forte du sol", l'homme dépouillé, tel qu'en lui-même, "à ses pieds dort son ombre / alors il marche un peu / avance comme il tremble / car l'air se soulève et l'entoure", l'homme qui sait "qu'il ne cèd(e)ra rien", même si "c'est l'époque qui décide / furieuse et douce", l'homme mélancolique et qui a des raisons de l'être, "c'est curieux comme sa tête penche / il sait que les temps l'auront à l'usure / bref puni d'emprise lente".
    Il fallait commencer par tes mots, j'ai pris ceux du quatrième titre, Le premier soir, sombre et sourde promenade déchirante sur fond de percussions lentes, de notes raréfiées de guitare et de programmation à l'image du ciel d'orage très noir de la couverture. Tu ne perds pas le fil. Après Des lumières sous la pluie en 2004 et Acte en 2007 (voir mon article du 7 juin 2007), tu reviens avec Vu d'ici, tes mots et tes musiques. C'est toi aux programmations, à la guitare parfois, mais Olivier Mellano t'accompagne aussi avec la sienne, et puis tu as invité d'autres amis pour des duos, notamment Robert le Magnifique-Iris et Dominique A. Le premier intervient sur le titre 8, Comptez les heures, un rap flamboyant pour répondre "à la pénombre que l'on sait infinie" et prendre position, "allez-y comptez les heures / je suis de l'autre côté(...) loin des armes communes / qui n(e) tolèrent / que dollars et colères / étendards et peaux dures". Dominique apporte son chant fragile au titre 3, Un point dans la foule, une rencontre qui me semblait inévitable, car vous avez l'un comme l'autre "deux traces d'ailleurs / à la place des yeux" : beau duo, sa grâce d'ange déchu, ta ferveur rugueuse,  tu lui laisses la fin, l'envolée lyrique, électrique, les choeurs et le déchaînement des guitares, et moi je suis comme vous "souriant juste d'être / emporté par la foudre", conquis par ton détournement d'Edith Piaf.
    J'aime que tu prennes comme point de départ cet instrumental inattendu qui ouvre l'album, Nulle part, majestueuse ouverture que certains trouveront injustement emphatique quand elle n'est que l'élégie inaugurale, le champ de blé doré menacé par l'orage sans fin d'une société asphyxiante, l'avant-texte  tout en cordes courbes, en caresses violoncelles, battements d'attente de l'infini qu'on  veut assassiner. C'est à cette agression délibérée que tu réponds avec tes mots de feu dès le titre 2 éponyme, entre rap rageur et post-rock puissamment lyrique, véritable manifeste pour une autre vie que celle qu'on nous programme, "vive le sourire aussi / l'ivresse / les drames mineurs". Tu les préviens, ceux qui "pensent qu'ils peuvent prévoir", "vu d'ici / seul le feu nous atteint (...)/ des vagues / nous sommes la force des creux". Tu nous rappelles aussi, dans  De plein fouet, l'incandescent titre 5 traversé d'images d'apocalypse, que "rien ne sert de courir / quand tout s'effondre". Il y a du prophète en toi, je veux dire un homme pleinement lucide, décidé à regarder le monde et ses impasses. Et qui se laisse aller à la déréliction, comme dans le magnifique titre 6, Anonyme, court blues sans parole qui laisse chanter la voix et la guitare. Qui croit malgré tout en la vie de toute sa force et sait alors devenir tendre, comme dans Ne regarde pas, le titre 7, déclaration d'amour "puisqu'à l'écart / j'ai vu d' autres formes naître/ puisqu'à les croire / on n'y prend  / rien d'autre que du rien", et toi tu sais que ce rien c'est tout l'homme. Un homme qui sait se taire pour laisser rêver, c'est Le chant d'une nuit, le titre 9, bel instrumental dépouillé, guitare nonchalante en traîne de lumière, piano parcimonieux et retenu, batterie étouffée, cymbales lointaines. Un homme qui suit sa route, celle d'Acte, que prolongent les derniers titres : "c'est sur cette route / qu'on a dû percher nos rimes(...)c'est vers là-bas / que chaque soir fut en avance(...)c'est sûrement là / qu'on a laissé nos imprévus / qu'on y laissera nos visages / et les lueurs d'un autre temps". Pour atteindre L'aube, enfin, le dernier titre, scintillante aubade pour guitare.
   Merci, Arm, pour cet album admirable et bouleversant, passionnant de bout en bout, sommet de la trilogie amorcée avec Des lumières sous la pluie. Qu'il fait bon entendre la langue française, scandée, fécondée par une inspiration si vraie, loin des fadaises sentimentales et des messages assenés avec hargne, servie par des musiciens accomplis. Rap, rock, voire blues, chanson française, étiquettes que tu décolles à coup de musique et de poésie. "mais qui te parle/ de repli hors du temps / j'écoute et puis j'attends". C'est cette écoute et cette attente qui nous rassemble, voyage pour sortir du bout de la nuit...
.
 Pour écouter quelques titres :
- le site de
Psykick Lyrikah.
Une video du dernier titre en public fin février à Bruxelles (la version disque est très différente) :











----------------------------------------------------
Programme du dimanche 11 mai 2008
Psykick Lyrikah : Nulle part (piste 1, 5' 19)
                                       Vu d'ici (p.2, 2' 51)
                                       Un point dans la foule (p.3, 4' 16), extrait de Vu d'ici (Idwet, 2008)
Daniel Palomo Vinuesa : Lent (p.6, 6' 46)
                                                       Global 3 et 4 (p.11 et 12, 5' 06)
                                                       Pythagore (p.13, 1' 32), extraits de L'homme approximatif (Signature / Radio France, 2006)
Portishead : the rip (p.4, 4' 31)
                            We carry on (p.6, 6' 28)
                            Machine gun (p.8, 4' 47)
                            Small (p. 9, 5' 46), extraits de Third (Go ! discs, 2008)
B r oad way : High treason (p.5, 4' 56)
                              Night lights (p.6, 1' 57)
                              Automatons (p.7, 5' 46), extraits de Enter the automaton (Jarring effects, 2008)
Programme du dimanche 18 mai 2008 (Première partie)
Portishead : Magic doors / Threads (p.11 et 12, 9' 20) (ibid.)
B r oad way  : Airtight part 2 (p.9, 6' 44)
                               Teddy gun (p.11, 9' 36) (ibid.)
Psykick Lyrikah : Le premier soir (p.4, 4' 41)
                                       De plein fouet (p.5, 4' 38)
                                       Anonyme (p.6, 1' 52)
                                       Ne regarde pas (p.7, 2' 58)
                                       Comptez les heures (p.8, 3' 14) (ibid.) Regardez les titres, déjà cette limpidité. Cinq titres de suite pour apprécier la construction soignée de l'album...

Partager cet article

commentaires

write my essay 20/03/2014 10:06

Letter change arms, extension poles with a suction cup gathering, obtainable in sundry distances for changing rigorous letters on above marks. Don't neglect to compute the outrun you feel the wand eccentric the earth whereas measuring approach.

windows 8 theme for windows xp 27/12/2013 13:12

"Seen from here, often lack reads in our quest." Is a very good share and I can understand that the author has a very good understanding about the life and the different taste of music. I am thankful and glad that I have landed on your site after a long search.

Dionys 06/02/2014 22:44

Thanks for your kind words ! I'm very glad you accept and make effort to read french ! That would be too long for me to translate every review. May be if i find a sponsor not to work any more...!!!!!!