Musiques Singulières

Entre actualité et inactualité, prendre le temps des musiques différentes (plus ou moins selon l'humeur !). D'autres arts s'invitent régulièrement.
    L'index des musiciens présents dans ces colonnes est à votre disposition dans la catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures, avec rediffusion le dimanche dans l'après-midi .
  Vous pouvez me retrouver sur Facebook où je poste notamment des photographies personnelles, des trouvailles "empruntées" à mes amis, histoire de recomposer un univers ...
   À compter du 9 février 2013, le blog s'élargit avec les chroniques de Timewind, nouveau collaborateur passionné : pour vous proposer encore plus de Musiques singulières !

Recherche

14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 15:47
   Après la joueuse de pipa Wu Man, l'une des interprètes de la dernière oeuvre de Terry Riley (cf. article précédent), je vous propose un duo singulier : la rencontre entre Ling, ravissante chinoise qui vit actuellement à Los Angeles, où elle enregistre sa voix gracile, et Nîm, musicien lillois aux claviers, guitares, qui joue également d'instruments de sa fabrication et du xun, sorte de sifflet chinois en argile, percé de six ou neuf trous, cylindre ventru effilé vers l'embouchure de soufflage. Ce dernier compose la musique sur les textes de Ling, qu'elle lui envoie par internet. Le disque alterne les parties chantées -Nîm prêtant aussi son agréable voix, et les plages instrumentales élaborées. Le résultat, s'il flirte avec la variété à certains moments, est souvent très dépaysant. Nîm a enregistré à Pékin même des sons qu'il mixe avec sa musique et qui servent de coda à chacun des morceaux. On pense bien sûr à une bande originale de film, tant Nîm a su capter les inflexions de la musique chinoise, nous plonger dans l'ambiance de la Chine immémoriale, mais il sait décoller des cartes postales sonores, car il se montre créateur d'un univers abstrait qui ne dépare pas dans le paysage de l'électro. Au sommet de la montagne industrielle, le titre 3, évoque un Kraftwerk oriental très convaincant. I shop, I am, le titre 8, commence dans une atmosphère de fête religieuse à partir de sons enregistrés pour se développer en composition électronique originale, aux textures à la Aphex Twin. Ouvrage de Tofu, juste après, est un instrumental majestueux, tricotage d'orgue en nappes veloutées, d'appels mystérieux, de percussions crépitantes et bondissantes. Un disque qui vaut décidément beaucoup mieux qu'il n'y paraît à première écoute pressée.


- Une vidéo du second titre, Made in China, hit possible, mais ce n'est pas le titre qui m'emballe le plus, sauf sur la fin, très belle.
Made in China sélectionné dans Musique et Electro
- le site MySpace de N-Naos.
--------------------------------------------
Programme du dimanche 8 juin 2008 (Première partie)
La Chine à l'honneur...
Terry Riley : Royal wedding (piste 4, 6' 24)
                             Emily and Alice (p.5, 4' 09)
                             Prayer circle (p.6, 6' 41), extraits de The Cusp of magic (Nonesuch, 2008)
N-Naos : Made in China (p.2, 4' 32)
                    Au sommet de la montagne industrielle (p.3, 6' 36)
                    Melle Susan est jugée (p.6, 2' 59)
                    I shop, I am (p.8, 5' 59), extraits de Nous (auto-produit, 2008), en vente
ici.
La photo ci-contre, c'est Nîm aux claviers et à la guitare.

Partager cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog