Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques Singulières

    Pour les amateurs de dépaysement, de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique !
    Index des musiciens à votre disposition dans la Catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures. 
N.B Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

Publicités imposées !

Chers visiteurs,

  Désolé pour l'invasion publicitaire, consternante : je la déplore et j'en souffre autant voire plus que vous. En attendant une alternative (pas facile), je vous conseille, si vous naviguez avec Firefox, d'installer une extension anti-pub.

19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 19:33
   Le DJ Sébastien Devaud, alias Agoria, revient avec la bande originale de Go Fast, film qui raconte l'histoire d'un policier infiltré dans un réseau de trafiquants de drogue. Après le très bon The Green Armchair, paru en 2006 déjà chez PIAS, Agoria surprend par son éclectisme et son sens des atmosphères, des couleurs. C'est un disque à faire écouter aux détracteurs de la techno, qui pensent que cette musique est désincarnée, monotone et froide. Altre voci, l'étonnant second titre, joue merveilleusement avec la voix de la mère de Sébastien, chanteuse d'opéra, pour produire un titre décalé, entre mystère des voix bulgares et techno intergalactique grâce à des échos démultipliés. Suit un  titre d'une techno très minimale, sobre, puis Dust, joli morceau disco-groove chanté avec une nonchalance sucrée, errance agrémentée de cordes à l'arrière-plan. Pending between two worlds est un court intermède aux cordes saturées, suite d'appels intenses. Eden développe des ondes frénétiques en couches frémissantes, puissamment rythmées, introduction instrumentale à Solarized, deuxième grand moment de l'album : techno ramassée, envoûtante, sur laquelle la voix androgyne de Scalde ondule avec une grâce ineffable. Un grand, très grand plaisir, ce Solarized, hélas suivi de titres moins inspirés, le vaguement atmosphérique Go fast, la poursuite percussive désastreuse Run Run Run. L'album se termine un peu mieux avec Diva Drive, sept minutes d'une techno bien tenue, sans surprise, comme un orgasme inabouti. Un album inégal, on l'aura compris, avec deux titres-phares qui tirent le tout, à prolonger par les excellents mix et remix du quatre titre Dust featuring Scalde.
Pour aller plus loin :

-quelques titres, dont Solarized, à écouter ici.
Programme du dimanche 5 octobre 2008

Agoria : Rocco vision mix (piste 2, 9' )
                       Arandel remix (p.4, 8' 04), extraits de Dust featuring Scalde (Pias, 2008)
Spyweirdos/ Mourjopoulos/ Floridis : Epistrophy (p.1, 4' 03)
                                Ethnic music cleansing (p.2, 4' 15)
                                Utopia (p.5, 5' 27), extraits de Epistrophy at Utopia (Ad Noiseam, 2008)
Marcel Kanche : Rien ne sera comme avant (4' 44)
                                       De l'eau (3' 57)
                                       L'Oiseau (6' 19), extraits de Vertiges des lenteurs (Label Bleu, 2005)
Elodie Lauten : Acte I, sc 1 Vision (p.2, 5' 10)
                                    Acte I, sc 2 Death as vision (p.3, 8' 22)
                                    Acte I, sc 3 Don Juan enlightened (p.4, 5' 51), extraits de The Death of Don Juan (Unseen Worlds, 2008)


Partager cet article

commentaires