Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques Singulières

    Pour les amateurs de dépaysement, de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique !
    Index des musiciens à votre disposition dans la Catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures. 
N.B Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

Publicités imposées !

Chers visiteurs,

  Désolé pour l'invasion publicitaire, consternante : je la déplore et j'en souffre autant voire plus que vous. En attendant une alternative (pas facile), je vous conseille, si vous naviguez avec Firefox, d'installer une extension anti-pub.

17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 17:34
   Il a aidé à l'enregistrement de l'un des albums de son amie Shara Worden, de My Brightest Diamond, et cela s'entend. Il vient d'enregistrer sur le même label, Ashmatic Kitty Records, son premier album, Heavy Ghost. Une voix un peu à la Cat Stevens, veloutée avec des inflexions haut perchées, qui s'enveloppe volontiers de chœurs séraphiques, se love dans des textures instrumentales denses. Un piano presque caverneux, fantomatique, une guitare grattée avec dilection, obstination, des cordes soudain comme une nuée suave, sont au service de compositions constellées d'idées, de surprises. Le résultat est souvent éblouissant. Dès le premier titre, "Isaac's song", on est emporté dans la tourmente inspirée, d'autant plus saisissante qu'elle est brève, 1' 38 !! C'est une musique d'envol, de ferveur, le gospel n'est pas loin, les halètements épuisés d'allégresse succèdent au crescendo irrésistible. "Pity Dance" commence avec voix et guitare, s'étoffe en chemin de chœurs légers, de steel guitar, explose d'une décoction puissante de piano, claquements de mains, cordes, avant une coda fragile et la reprise frémissante de "Creekmouth", dialogue entre la voix feutrée de David Michael et des chœurs retenus, lointains, sur un sous-bassement percussif qui envahit le champ sonore de sa claudication. "Pigs", guitare raclée, voix caressantes, DM soprano évanescent, termine en vents puissants d'anges coagulés. Les esprits sont bien au rendez-vous de "Spirit parade", ils tournoient lentement avant d'être saisis par des appels  et par l'harmonium, ravis en somme. Voix et piano pour "BMB", un soupçon de chœurs, puis des cordes pulsantes, la voix de DM qui se perd très haut, le piano extatique, mur monolithe de cordes, tout s'arrache, c'est à des moments stupéfiants comme celui-là qu'on comprend qu'on a affaire à un vrai créateur, qui sait transcender le format "chanson" pour aboutir à des compositions flirtant avec la musique contemporaine. Tout le reste de l'album est à l'avenant, si bien qu'on ne lui reproche plus de ne durer qu'à peine quarante minutes, car ici tout est plein, tout s'enflamme pour des incendies de beauté, des nuages de passion contenue  comme le superbe "GMS", piano sur un tapis de voix diaphanes. À l'évidence l'un des albums essentiels de cette année ! La fin de l'album est d'une beauté raffinée sidérante !!
Pour aller plus loin
- une belle vidéo du sublime "BMB" (vidéo qui peut être hachée sur la fin la première fois, mettez-la dans ce cas en réserve pour la revoir dans sa continuité) :

- le site MySpace de DM Stith
Programme de l'émission du dimanche 13 septembre 2009
Des nouveautés encadrées par un retour sur le deuxième volume de la série "Aerial", very strange music, décidément passionnante, et un début d'exploration du volume 4 de l'inépuisable mine de l'anthologie Sub Rosa. Avec une série très humide sur la fin...
Tod Dockstader : Clocking / Bottom (pistes 8 et 10, 7' 15), extraits de Aerial#2 (Sub Rosa, ?)
Ballaké Sissoko / Vincent Segal : Oscarine / Houdesti (p.2-3, 15' ), extraits de Chamber music (No ! Format, 2009)
DM Stith : Pigs / Spirit parade / BMB (p.4 à 6, 10' 30), extraits de Heavy Ghost (Ashmatic Kitty Records, 2009)
Death Ambient : Lake Chad / Greenhouse / Thermophaline (p.1-2-5, 15' ), extraits de Drunken Forest (Tzadik, 2007)
Beatriz Ferreyra : Demeures aquatiques (disque 1 / p.4, 7' 20)
Wang Changcum : Sea-Food (disque 1 / p.10, 4' 49), extraits de an anthology of noise & electronic music, volume 4 (Sub Rosa, ?)

Partager cet article

commentaires

Le SoT 21/09/2009 12:45

Merci pour votre blog, éclairant !

Dionys 21/09/2009 23:27


Le Sound of Tout, c'est bien aussi, d'autant que je suis tombé hier sur une réédition de la série complète de la revue Le Grand Jeu. Sortir de tous les formatages mentaux, d'urgence !! Je
vous ajoute dans mes blogs favoris... Nous avons même en commun Terry Riley et sa keyboard Study n°1.