Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques Singulières

    Pour les amateurs de dépaysement, de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique !
    Index des musiciens à votre disposition dans la Catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures. 
N.B Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

Publicités imposées !

Chers visiteurs,

  Désolé pour l'invasion publicitaire, consternante : je la déplore et j'en souffre autant voire plus que vous. En attendant une alternative (pas facile), je vous conseille, si vous naviguez avec Firefox, d'installer une extension anti-pub.

24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 20:41
   Comme Vincent Segal (cf. un article précédent), Daniel Bernard Roumain, alias DBR, américain d'origine haïtienne, met la pratique classique de son instrument au service des musiques d'aujourd'hui. Sa carrière est encore modeste, quatre disques à son actif. Compositeur, il multiplie les collaborations, comme on le verra par la suite. Sa trajectoire, d'abord incertaine, s'affirme avec son dernier opus.
Qui n'est pas celui-ci...Pulsing, sorti en 2006 sur DBR Music, manifestait encore très maladroitement les velléités d'ouverture de DBR vers les musiques électroniques. L'album s'ouvre pourtant sur un très beau titre, "Orbit", tout à fait digne des meilleures musiques contemporaines. Violon en pizzicati pour des motifs en boucle, jeux de réverbération et d'approfondissement. Mes oreilles étaient ravies, plus dure fut la suite. Morceaux mous, saupoudrés d'une électronique-gadget. "Wanted", le septième titre, prouvait à nouveau les possibilités du compositeur, morceau syncopé assez hypnotique, très minimal. Et puis cela retombait dans le joli insipide avec le justement bien titré "Cotillion 2", tout ce que je déteste dans le violon pour caniches. "Filter" essayait ensuite de réparer mon traumatisme, avec un peu trop de crincrins à mon goût. Le disque se terminait plus heureusement avec un collage de fragments dialogués sur fond de violon au lyrisme tenu : pas encore du Eve Beglarian, notez bien ! Au total, un disque peu pulsant, peu reichien, des promesses...
  etudes4violin&electronix est nettement plus consistant. Sorti en 2007 sur le label Thirsty Ear, il est mieux composé, bénéficie de collaborations de choc, DJ Spooky, Ryuichi Sakamoto, DJ Scientific...et Philip Glass. Dès le premier titre, on prend de l'altitude avec l'éthéré "black man singing", violon libéré, beats de DJ Spooky, flûte envoutante de Peter Gordon. "The Need to be", le titre suivant, est une merveille d'abord toute gracile, dialogue entre le violon de dbr et le piano de Ryuichi Sakamoto, puis le ton se fait plus grave, introspectif, le piano en arpèges éclaboussés, le violon en stases étincelantes. Dbr ose enfin une vraie composition, et c'est un peu plus de dix minutes de bonheur. DJ Spooky réapparaît avec le titre trois, "resonance", presque jazzy, dbr aussi au piano, c'est bien enlevé, finies les mièvreries..."The need to follow", qui forme dyptique avec ""The need to be", est peut-être plus beau encore, chant d'une intensité bouleversante soutenu par le clapotis océanique du piano de Sakamoto. Sur "divergence", dbr est seul au violon, piano et synthétiseurs : c'est limpide, évident. Quelle différence en un an !! Voici qu'il ajoute une partie de violon à une composition pour piano solo de Philip Glass, "Metamorphosis". Pourquoi pas, même si le piano se suffisait seul. Les deux hommes ont en commun le goût des mélodies, des reprises. dbr se coule sans problème dans la musique de Glass, avec un certain brio. Belle composition, de toute façon. Qui vaut mieux que le morceau suivant, le titre faible de l'album, passons..."fayetteville", avant-dernier titre,  en fait un peu trop, mais "lava" renoue avec le meilleur, atmosphère mystérieuse, apesanteur de soieries aériennes.dbr, un violoniste à suivre.
Pour aller plus loin
- le site de dbr.
- dbr sur MySpace

Partager cet article

commentaires