Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques Singulières

    Pour les amateurs de dépaysement, de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique !
    Index des musiciens à votre disposition dans la Catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures. 
N.B Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

Publicités imposées !

Chers visiteurs,

  Désolé pour l'invasion publicitaire, consternante : je la déplore et j'en souffre autant voire plus que vous. En attendant une alternative (pas facile), je vous conseille, si vous naviguez avec Firefox, d'installer une extension anti-pub.

15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 11:31

Phelan Sheppard : The Plantagenet whore (piste 6 / 1' 39)
                                     Oriental star       (p.7 / 6' 05)
                                     Parachute seeds (p.8 / 2'18)
         extraits de Harps old master (Leaf label, 2006)

  Sous leurs propres noms associés, Keiron Shelan et David Sheppard, - déjà membres de State Rive Widening, groupe qui a trois albums à son actif, et de la formation Ellis Island Sound, signent un album superbe et singulier, l'un des disques du moment (voire la pochette dans l'article du 23 février). Les mélodies sont envoûtantes, volontiers cycliques, tissées de claviers parmi lesquels on retrouve les harpes du titre, de guitares acoustiques, xylophone, percussions,  tous joués par le duo, auxquels il faut ajouter le violon et l'alto de Josh Hillman, du goupe The Willard Grant Conspiracy,  la voix de la chanteuse espagnole Ines Naranjo sur deux titres, la trompette, le moog bass et les machines de Guy Fixsen. Un soupçon de sonorités électroniques achève de donner à l'ensemble un soyeux rêveur, une musicalité enchanteresse qui nous plonge dans les méandres brumeux du temps. David Sheppard, également journaliste du magazine Mojo, devrait publier dans le courant de l'année une biographie de... Brian Eno !

Hans Otte : Partie V (p.5 / 5'30)
                      Partie VI (p.6 / 3'42)
                      Partie VII (p.7 / 11'25)
         extraits de Das Buch der Klänge
         Piano : Herbert Henck
(ECM New Series, 1999)      
              orient : occident (p.2 / 14'28), pour hautbois, clarinette et bande magnétique
      extrait de maximum : minimum / orient : occident
       (Pogus Productions, 2005)

  Né en 1926, Hans Otte a étudié en Allemagne, en Italie et aux Etats-Unis, a été titulaire de plusieurs bourses et a vu son oeuvre récompensée par plusieurs prix de composition. Il a été le directeur de la musique à Radio Brême de 1959 à 1984. Pianiste, il interprète ses oeuvres partout dans le monde. Il collabore aussi à des mises en scènes expérimentales associant le son, la langue, l'image et le geste.Son cycle pour piano, Das Buch der Klänge, "Le Livre des Sons" est dédié à "tous ceux qui veulent être tout près des sons, et qui, à la recherche du son des sons, du secret de la vie tout entière, trouvent et retrouvent à résonner en eux-mêmes". Constitué de douze parties, d'une durée totale de plus de 70 minutes, celui-ci est construit en voûte, offrant une architecture équilibrée, aérée qui permet au piano de réfléchir le monde. Selon le compositeur , "le piano redevient instrument de résonance et de silence, révélant toutes ses possibilités techniques, dynamiques, teintes et sonorités". L' oeuvre propose une expérience d'écoute rare, entre minimalisme, musique ambiante et transcendantalisme, dont on sort régénéré : lent, vibrant, puissant ou tourbillonnant, pulsant, le piano irradie en nous ses ondes bienfaisantes.
  "orient : occident" est extrait d'un disque plus récent, moins facile d'accès sans doute en raison d'un morceau de plus de quarante minutes qui associe deux organistes à un environnement sonore, une mise en espace dont l'enregistrement ne peut rendre compte. Dans le titre proposé, on retrouve cette écoute si attentive des sons qui caractérise Otte et qui fait penser à la démarche ascétique, radicale, d'un Giacinto Scelsi. J'attends avec impatience l'enregistrement du Stundenbuch, "Livre d'heures", oeuvre monumentale en 48 mouvements achevée en 1998 après sept ans de travail, donnée en première la même année à Amsterdam.

Partager cet article

commentaires