Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques Singulières

    Pour les amateurs de dépaysement, de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique !
    Index des musiciens à votre disposition dans la Catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures. 
N.B Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

Publicités imposées !

Chers visiteurs,

  Désolé pour l'invasion publicitaire, consternante : je la déplore et j'en souffre autant voire plus que vous. En attendant une alternative (pas facile), je vous conseille, si vous naviguez avec Firefox, d'installer une extension anti-pub.

12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 16:05

   Comment écrire en ce moment sur la musique ? À l'heure de la catastrophe qui frappe le Japon, tout le reste peut sembler dérisoire. Paradoxalement, il me semble que c'est une raison supplémentaire pour rappeler notre besoin vital d'harmonie. Le nucléaire, par la complexité des technologies qu'il nécessite, par la société hyper-organisée et sécuritaire qu'il génère, par les déchets qu'il produit sans savoir quoi en faire, si ce n'est les enfouir pour ne plus les voir, ne plus y penser, est incompatible ryuichi-sakamoto-alva-noto-insen.jpgavec la sérénité, donc le bonheur. C'est justement d'un japonais dont je voulais parler depuis quelque temps, un pianiste que je connaissais et appréciais déjà en solo, et dont je viens de découvrir deux disques magnifiques, qui me donnent un immense bonheur. Il s'agit de Ryuichi Sakamoto, mais pas seul, en duo avec Carsten Nicolai, alias Alva Noto, compositeur de musique électronique découvert lorsque je cherchais autour de son homologue grec Spyweirdos. Deuxième album issu de leur collaboration après Vrioon sorti en 2003, Insen (2005) propose sept titres d'une musique minimale impeccablement ciselée. Ryuichi égrène des notes rares qu'il laisse résonner, tandis qu'Alva tisse un réseau de mailles électroniques ténues, à base de micro pulsations, de blocs répétitifs de notes bloquées à la texture plastique d'une émouvante fragilité. Chaque morceau sonne comme une méditation à la fois sereine et sensible, attentive à capter les frémissements imperceptibles d'une beauté discrète. Les deux musiciens donnent l'impression d'une connivence, d'une écoute réciproque en parfaite symbiose. Il en résulte une musique équilibrée, aérée, qui sollicite l'attention. Nous partageons un mystère, nous assistons à l'avènement d'une grâce évanescente. Quelque chose advient, de l'ordre du miracle, surgi des silences entre les notes, entre les répliques mesurées des deux célébrants de cette pénétrante cérémonie électro-acoustique. Frôlements, crachotements électroniques cernent les notes du piano pour l'envelopper d'un halo de lumière douce, si bien que chaque morceau se déploie comme une épiphanie bouleversante, illuminante, celle de la vie tapie dans les plis et les creux, débusquée avec une infinie délicatesse.

  Ryuichi Sakamoto Alva Noto Revep   On pourrait reprocher à Revep, paru la même année, d'être bien court, trois titres pour à peine vingt minutes. Mais le miracle se poursuit. La première pièce, "silisx", plus labile, est tout aussi magnifique, animée de somptueux glissements de nappes de claviers qui nous mènent vers l'extraordinaire "mur", plus de huit minutes extatiques. Le piano rayonne littéralement, serti par la ponctuation lancinante, les bouffées de particules sonores électroniques qui sont autant de respirations transparentes.

  Deux disques qui nous rappellent ce que nous oublions si souvent - et que devrait nous rappeler ce qui se passe en ce moment au Japon : que la beauté de la vie est indissociable de sa fragilité, que l'harmonie et le bonheur ne surgissent que si l'on respecte la vie. Cela passe par l'attention, l'écoute, inlassables, dans la plus grande humilité.

Pour aller plus loin

- le duo en concert :

 

 

Programme de l'émission du lundi 7 mars 2011

Piano et électronique :

  Agoria : Kiss my soul / Speechless (pistes 1 & 2, 13'10), extraits de impermanence (InFiné, 2011)

  Alva Noto & Ryuichi Sakamoto : aurora (p.1, 8'50), extrait de insen (Raster-Noton, 2005)

Aux marges du silence :

  Alain Kremski : L'oubli, l'Eau et les Songes... / Neige, les pas étoilés des oiseaux (p. 6-7, 10'35), extraits de Résonance / Mouvements → Mouvement / Résonances Iris Music, 2009)

Grande forme :

  Alva Noto : Xerrox Phaser Acat 1 (p.1, 12'15), extrait de Xerrox vol. 2 (Raster-Noton, 2009)

Partager cet article

commentaires

Italia315 21/03/2011 23:10



Merci de parler de ce duo qui sera d'ailleurs en concert au mois de mai en Allemagne.J'ai la grande chance d'avoir rencontré Ryuichi Sakamoto il y a quelques mois lors d'un concert à San
Francisco, rarement dans ma vie je n'ai croisé un personnage aussi touchant que talentueux, une sorte de sensibilité à fleur de peau, une gentillesse déconcertante, bref un très grand moment, un
merveilleux souvenir.Je tiens également à souligner que Sakamoto est un ardent défenseur de l'écologie et lutte depuis des années contre les centrales nucléaires au Japon.....



Dionys 22/03/2011 09:40



Ce que tu dis de lui, que je ne connais que par sa musique, confirme ce que je ressens en l'écoutant : un infini respect du monde. Nous avons aujourd'hui plus que jamais besoin de cette humble
lumière bouleversante, aux antipodes des assurances mensongères, des impostures arrogantes. Merci aussi pour les informations concernant leur tournée en Allemagne, qui peut intéresser d'autres
lecteurs. A plus.