Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Musiques Singulières

    Au fil du temps, une encyclopédie visuelle et sonore des musiques différentes (plus ou moins). Pour les amateurs de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique ! Utilisez le module "Recherche" pour trouver musiciens ou disques. Créé le 20 février 2007.
N.B. Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 21:19
del Cielo - Sur des braises

Meph. - Je te sens hésitant ?

Dio. - Ah bon ? Tu sais pourtant que j'ai chroniqué leur premier album cd, sous les cendres, paru en 2009 déjà chez Idwet, un label qu'on aime beaucoup tous les deux.

Meph. - Le label de Psykick Lyrikak !!

Dio. - C'est tout dire, non ? Incontournable pour découvrir la nouvelle scène française.

Meph. - Des textes, quoi, des vrais, qui n'ont pas peur d'être des poèmes...

Dio. - Un mot qui fait peur aujourd'hui, Arm s'en défend d'ailleurs, d'écrire de la poésie. Peur de la mièvrerie faussement attachée au mot..

Meph. - Parce qu'ils pensent tous à des formes figées, châtrées, alors que la poésie vit, bouge, va toujours à l'esssentiel.

Dio. - Et elle est bien là chez del Cielo...

Meph. - Déjà dans le nom qu'ils ont donné à leur duo. Après sous les cendres, nous voilà...Sur des braises. Leur petit côté post-rock, guitare qui flambe sur "Si l'encre", par exemple.

Dio. - Oui, « si l'encre en silence aspirait les souffrances ». C'est l'un de mes titres préférés.

Meph. - Alors, vas-tu me dire...

Dio. - D'abord tout ce que j'aime chez eux. Les sons de Gaël Desbois : rien à dire, les mélodies évidentes, de l'électro-pop intelligente formidablement arrangée au service d'atmosphères lancinantes, volontiers hypnotiques, qui servent le chant acide et suave à la fois de Liz Bastard. Ah ! J'adore sa voix qui susurre les textes, dits, murmurés, chantonnés. Des textes qui s'entendent, bien balancés dans nos mâchoires comme de curieux coups de poing en coin, malicieux : « Dans l'ombre, dans les maisons sombres, / ...sur la banquise dézinguée, / Je repousse les murs / Sur les mers glacées / Je glisse contre les fissures... / Et dans des rêves bizarres, / Je m'attaque aux soudures... / Mais dans ton escalier, / Je fous des coups de pieds dans les murs (...) » Je n'ai pas résisté à citer un extrait de "Dans les murs", avec ce si simple, si bel accompagnement au piano. Et puis j'en ai tellement assez d'entendre des textes en mauvais anglais, mal prononcés, l'anglais comme cache-misère, brouet commercial. Bonheur d'entendre notre langue, que diable...

Meph. - À qui le dis-tu !! Moi, j'aime les fissures, toutes les entrées dans un monde semi-onirique, décalé. Les attaques de textes, du genre : « On a marché pieds nus sur des étroits sentiers, glacés, glissants / On a marché les paupières brûlées, l'âme dévastée, renversée / On a marché en haut des volcans / On s'en est tirés. » Nous voilà loin des mots trop entendus, dans un monde personnel, au pays des funambules dont le fil n'est pas d'acier, au cinéma Casoretto...

Dio. - "Casoretto", guitares en boucles obsédantes, claviers sombres, et le texte le plus beau, le plus émouvant de l'album : la vie intime d'un cinéma peuplé d'anges et de fantômes qui « ont fait des trucs que j'te dirai pas". C'est l'occasion d'un duo magnifique avec un Dominique A absolument bouleversant !

Meph. - Totalement d'accord. Tu mettrais donc cinq étoiles, si on notait...

Dio. - Tu sais qu'il n'en est pas question : chroniqué, ou niqué, éliminé, c'est la règle ici, on ne parle pas de ce qu'on n'aime pas.

Meph. - Ta réticence, accouche !

Dio. - Des redites évitables dans certains textes (Je ne parle pas de "Casoretto", les répétitions y font vraiment sens) comme "Ma vipère", dont j'aime le début et l'idée, même chose sur "Veux-tu", dont le début là encore est superbe...

Meph. - Je te trouve d'un dur...

Dio. - Quand on aime, on n'attend pas le meilleur, dis ? Je suis sûr que Liz fera mieux, avec des textes plus aboutis, vraiment déroulés jusqu'au bout, sans peur aucune : qu'ils ne s'en tiennent pas au format ordinaire de la chanson, qu'ils font déjà parfois exploser, ou plutôt imploser par des changements de rythme audacieux, et là j'applaudis très fort. J'imagine un mini-opéra, un oratorio, de leur part !!

Meph. - En somme, tu attends "Dans les flammes", post-opéra effondré et effronté ?

Dio. - Tout à fait !! On leur fait confiance, on les aime tant !!!

Paru chez Idwet en 2011 / 12 titres / 38 minutes

( Nouvelle mise en page + ajout d'illustrations visuelles et sonores le 1er avril 2021)

Partager cet article

Publié par Dionys - dans Pop-rock - dub et chansons alentours