Musiques Singulières

Entre actualité et inactualité, prendre le temps des musiques différentes (plus ou moins selon l'humeur !). D'autres arts s'invitent régulièrement.
    L'index des musiciens présents dans ces colonnes est à votre disposition dans la catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures, avec rediffusion le dimanche dans l'après-midi .
  Vous pouvez me retrouver sur Facebook où je poste notamment des photographies personnelles, des trouvailles "empruntées" à mes amis, histoire de recomposer un univers ...
   À compter du 9 février 2013, le blog s'élargit avec les chroniques de Timewind, nouveau collaborateur passionné : pour vous proposer encore plus de Musiques singulières !

Recherche

10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 17:27

Delphine-Dora-A-Stream-of-Consciousness.jpg   Compositrice, pianiste, chanteuse, Delphine Dora, née en 1980, rejoint tout naturellement ces colonnes. N'a-t-elle pas sorti en 2010 un disque consacré à des fragments des Feuilles d'herbe de Walt Whitman, recueil également célébré par Kate Moore dans The Open Road, sujet de l'article précédent ?

   A Stream of Consciousness, paru en 2011 chez Sirenwire Recordings, est un album de piano solo : de piano en liberté pure, quatorze plages d'oubli des cadres, des genres, dans une mouvance minimaliste très fluide. Le flot est rapide ou plus lent, toujours limpide, miroitant, léger. Il caresse, il dévale le temps, il caracole comme un cheval fou. C'est en effet un courant de conscience qui emporte, charrie à travers les espaces vides pour une ode démultipliée à l'infini - le premier morceau s'intitule "An Ode to Infinity", le second "Crowd vs Empty Spaces". Cette manière de grouper les notes en grappes serrées n'est pas sans évoquer à certains moments les musiques orientales, notamment la musique chinoise, le piano remplaçant la cithare qîn. Comment ne pas penser aussi à un musicien comme Lubomyr Melnyk et à son piano en mode continu ? On flotte sur un océan, dont la surface est constamment agitée par des bulles qui viennent éclore à la lumière. Les notes se mélangent, tissent un réseau serré d'harmoniques. C'est une musique de plénitude heureuse, une pluie qui tombe des étoiles. Lorsque le rythme ralentit, comme sur l'élégiaque "Fragments of Dreams Are Only Echos of Memories", le piano chante un lieu inconnu, où les corps alanguis se reposent d'être dans l'oubli de tout, rafraîchis par ces notes qui clapotent, se vaporisent pour donner naissance au chant d'avant le temps. "Mysterious Meanderings", comme son titre l'indique, sinue jusqu'à mimer une pamoison extatique : Narcisse se contemple et voit son image multipliée dans l'eau tremblante ; comment ne pas plonger, rejoindre cette perfection d'en bas, dont les ondes l'atteignent au fond de l'âme ? En un sens, cette musique est profondément d'essence baroque, tout en trompe-l'oreille, en "Obsessions" (titre 7) incantatoires : la simplicité est un leurre pour nous perdre dans les lacs serrés d'un jeu qui envahit notre "Psychic Mind"(titre 8). Nous courons à notre perte à dévaler ainsi les "Serious Conversations"(titre 9), emportés par la gravité impavide du piano, avec délices ! D'ailleurs, Delphine Dora ne joue pas du piano, elle déclenche des marées, arrange des syzygies pour réjouir nos oreilles encrassées par la laideur d'un quotidien mal irrigué.

-------------------

Paru en 2012 chez Sirenwire Recordings / 13 titres / 43 minutes

Pour aller plus loin

- le site de Delphine Dora, hélas en anglais : je ne comprends pas qu'on ne propose pas le choix des langues, comme bien des compositeurs étrangers le font. Pourquoi cet abandon délibéré de notre langue ? Je ne saurais adhérer à un tel parti pris, à mon avis déplorable : serait-ce donc devenu une honte que de s'exprimer en français ? Je pense à cette très belle maison de disques américaine, Mode Records, qui nous offre des livrets magnifiques, trilingues : anglais, français, allemand... alors que je vois tant de musiciens français sacrifier sur l'autel d'un anglais assez pitoyable...

- des archives sonores pour écouter d'autres compositions de Delphine

- le premier titre, "An Ode to Infinity" (Une Ode à l'Infini !!!!), en écoute :

 

 

Programme de l'émission du lundi 2 juillet 2012

Kate Moore : Lyre / We must not stop her / Whoever you are comme travel with me (Pistes 1 à 3, 11'), extraits de The Open Road (Autoproduit, 2010)

Donnacha Dennehy : These are the clouds / That the night come (p.5-7, 13'), extraits de Grá agus brá (Nonesuch, 2011)

Grande forme :

• Morton Feldman : Palais de Mari (cd 2, 26'22), extrait de For Bunita Marcus / Palais de Mari (Oehms, Classics, 2007)

Programme de l'émission du lundi 9 juillet 2012

Kate Moore : Journeyers / Whoever you are come forth / We will sail / Spin Bird (p. 4 à 7, 14'), extraits de The Open Road (Autoproduit, 2010)

Delphine Dora An Ode to Infinity / Crowds vs Empty Spaces / Fragments of Dreams Are Only Echos of Memories (p. 1-2-4, 11'30), extraits de A Stream of Consciousness (Sirenwire Recordings, 2011)

Grande forme :

William Duckworth : Imaginary Dances (p. 2 à 10, 17'28), extraits de With and Without Memory (Lovely Music, 1994). Au piano : Lois Svard

Pas d'émission avant début septembre, mais quelques articles pour garder le contact. INACTUELLES ne manque pas de musiciens à soutenir, à vous faire découvrir. Je fais mienne la devise de l'éditeur José Corti : Rien de commun...

Partager cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog