Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques Singulières

    Pour les amateurs de dépaysement, de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique !
    Index des musiciens à votre disposition dans la Catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures. 
N.B Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

Publicités imposées !

Chers visiteurs,

  Désolé pour l'invasion publicitaire, consternante : je la déplore et j'en souffre autant voire plus que vous. En attendant une alternative (pas facile), je vous conseille, si vous naviguez avec Firefox, d'installer une extension anti-pub.

6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 10:57

   Ital Tek Midnight ColourAlan Myson, alias Ital Tek, arrondit les angles. Son premier disque Cyclical, sorti en mai 2008, s'il était inégal, contenait au moins deux titres extraordinaires, comme le premier titre éponyme, ou "Tokyo Freeze (Remix)", le cinquième. Midnight colour, sorti sur le même label Planet Mu Records, est plus homogène. Moins de folie et d'arrachement. Le rythme s'est apaisé, les beats s'espacent. Restent les basses profondes, des claviers en nappes langoureuses, des mélodies qui tournent dans l'air nocturne. Quelques grondements rageurs encore sur "Moon Bow", mais contenus, enveloppés dans la beauté des mélodies assumées. Ce qui donne des réussites comme l'envoûtant  "Babel", insidieuse folie tournoyante des textures électroniques, beats et scratches qui déchiquètent l'espace sonore, beau dérapage avec intrusion du piano électrique nébuleux. Ou encore le dansant "Strangelove V.I.P.", parcouru d'une fièvre sourde, mécanique virtuellement infinie. Le titre éponyme est peut-être le plus proche des fulgurances du premier album. Sa matière sombre, installée sur une rythmique puissante, est fissurée par quelques arrachements et joue avec virtuosité de l'étagement des plans pour ménager une atmosphère dramatique. "Infinite", qui suit, est le plus trépidant - tout est relatif dans ce disque !, marqué par les jeux d'échos et le caractère syncopé du phrasé. C'est aussi l'un des plus dépouillés, qui se refuse les facilités de la mélodie, ou du moins la déconstruit pour la rendre essentiellement rythmique. "Restless tundra", le dernier titre, est aussi une belle surprise, qui confirme d'ailleurs les prémisses planantes pas toujours convaincantes de Cyclical : après deux minutes hypnotiques bien scandées qui fondent éléments percussifs, claviers voilés et voix retraitées, Anneka vient poser sa voix douce et claire sur le magma qui tombe alors sous le charme pour disparaître dans une ultime pirouette. Un album qui s'écoute de mieux en mieux, presque bon enfant, et ce n'est pas un reproche. Alan s'amuse à l'évidence par exemple dans le premier titre, assez clinquant, sur lequel on entend son rire (?) répondre à de brefs soupirs féminins qui servent de ponctuation rythmique. Ensuite, il se laisse aller. Oui, un album plus détendu, sans la prétention de tout casser.  Un nocturne électronique qui renoue avec la rêverie, résolument ailleurs.

13 titres / 52 minutes / Paru chez Planet Mu records, label anglais basé à Kent.

Pour aller plus loin

- Ital Tek sur MySpace

- le site de Planet Mu Records

- une vidéo à partir de "Babel":

 

 

Programme de l'émission du lundi 29 novembre 2010

Brian Eno (with Jon Hopkins & Leo Abrahams) : Small craft on a milk sea / Flint March / Horse (Pistes 3-4-5, 7'), extraits de Small craft on a milk sea (Opal / Warp, 2010)

Réécoute :

  AGF : Dis-Hero Equals / Einzelkämpfer / Her beauty kills me (p.3 à 5, 16'30), extraitys de Einzelkämpfer (Agf Produktion, 2009) Décidément une artiste majeure, trop peu connue, faut-il le répéter ?

Univers électroniques :

  Ital Tek : Talis / Babel / Subgiant (p.2-4-6, 12'40), extraits de Midnight colour (Planet Mu records, 2010)

  Tim Hecker : 100 years ago / Sea of pulses (p.1-2, 8'30), extraits de An ImaTim-Hecker-An-Imaginary-Country.jpgginary country (Kranky, 2009) Je n'ai pas chroniqué l'album, longtemps abandonné dans une pile de disques, le pauvre. Exhumé, je lui trouve une belle force onirique. Tim est à des années-lumière de nous, à l'évidence, retranché derrière ses claviers et ses machines. Curieusement, il dit pourtant quelque chose de notre étrange monde à la beauté abandonnée. La nostalgie se fait abyssale, elle voudrait nous emporter, tout balayer dans un vent cosmique de pulses...

  Brian Eno : Fractal Zoom (p.1, 6'24), extrait de Nerve Net (Opal, 1992) Le superbe début d'un album phare de l'alchimiste...

Partager cet article

commentaires