Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques Singulières

    Pour les amateurs de dépaysement, de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique !
    Index des musiciens à votre disposition dans la Catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures. 
N.B Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

Publicités imposées !

Chers visiteurs,

  Désolé pour l'invasion publicitaire, consternante : je la déplore et j'en souffre autant voire plus que vous. En attendant une alternative (pas facile), je vous conseille, si vous naviguez avec Firefox, d'installer une extension anti-pub.

8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 10:57

Esquisses avant la chute

Tim-Hecker-Dropped-pianos.jpg  Ravedeath, 1972, le précédent album du canadien Tim Hecker sorti début 2011, était lié à une photographie représentant un piano sur le point d'être précipité d'un immeuble par un groupe d'étudiants du MIT. On y entendait peu le piano, sur cet album magnifique — que je n'ai pas chroniqué, pitié, ne me tuez pas, trop à faire que voulez-vous. Dropped pianos, sorti en novembre de la même année, nous propose neuf esquisses recentrées sur le piano : saisi avant la chute.

   D'emblée, le faste sombre de la musique de Tim nous emporte très loin. Sur un doux fond pulsant, le piano irradie littéralement, démultiplié par les jeux d'échos, prolongé par les claviers en nappes profondes comme l'infini. Du Harold Budd, plus chargé d'énergie, tonique à sa manière noire. On l'imagine perché dans une tour immergée ou dans une cathédrale à demi écroulée, très haut devant son piano et son orgue, égrenant sa musique stratosphérique, nébuleuse et maritime à la fois. Car Tim transcende les éléments, efface les limites. Sa musique explore l'au-delà qui est ici, que nos occupations, nos divertissements dirait Pascal, nous empêchent de percevoir. Une telle musique peut se permettre de nous faire entendre ses doigts sur les touches sans qu'on crie au scandale. Elle se gorge de vibrations, de vents harmoniques comme dans "Sketch 4". Chaque note résonne somptueusement dans "Sketch 5", graves en avant relayées par des aiguës répétées dans une hallucinante litanie, comme si le temps se bloquait, enfin suspendu. L'univers se tord avec les notes résonnantes, s'enflamme d'un feu radical surgi de l'orgue presque aphone dans le dernier titre, proprement abyssal, parcouru de frémissements froissés. Tim Hecker est le chantre d'une fin du monde incessante, toujours déjà commencée.

   Comment une telle photographie aurait-elle pu le laisser indifférent ? Notre société en est donc là, à se donner du divertissement, du "fun", en précipitant un piano du haut d'un immeuble ? Il n'y a plus rien d'autre à faire pour sortir de l'ennui de la société d'hyper-consommmation que de massacrer la beauté, de la fracasser. Je rappelle que ce meurtre dont la symbolique est frappante (!!) a été perpétré par des étudiants du Massachussets Institute of Technology. Est-ce à dire que la technologie ne supporte pas ou plus des formes de beauté qui ne seraient pas liées à elle — le piano, nous sommes d'accord, est en lui-même aboutissement technologique, mais issu de processus artisanaux ou industriels antérieurs aux nouvelles technologies — et chercherait donc à les anéantir ? Ce disque est une réponse à la barbarie peut-être (j'ose l'espérer) inconsciente de ce geste. Le piano survit aux nouvelles technologies, se marie à elles pour les sublimer. Plus que jamais, il est l'instrument roi, universel et rayonnant. Il retourne sa chute en envol, parce qu'il est toujours présence d'un ailleurs qui nous dépasse.

   Comme il est beau, ce disque intemporel, digne prolongement d'une discographie exemplaire, d'une ligne tenue loin des modes éphémères...

TimHecker-Ravedeath-1972.jpg

Tim-Hecker-An-Imaginary-Country.jpg


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  ------------------

Paru en 2011 chez Kranky / 9 titres / 32 minutes

Pour aller plus loin

- le titre 1 en écoute (fausse vidéo) :

 

 

- le site officiel de Tim Hecker (à noter la signification du nom du site : soleil aveugle...)


Programme de l'émission du lundi 20 février 2012

Andy Stott : New ground / Intermittent (Pistes 2 & 4, 9'50), extraits de Passed me by  5modern Love, 2011)

Breton : Pacemaker / Edward the confessor (p. 1-3, 7'), extraits de Other people's problems (FatCat, 2012)

Rodolphe Burger : Sweet Jane / Venus in Furs (p.7-8, 11'30), extraits de this is a Velvet Underground song I'd like to sing (Dernière bande / l'Autre distribution, 2012)

Grande forme :

• Florent Ghys : Hommage à benoît Mandelbrot (23'40) (autoproduit)

 

Programme de l'émission du lundi 5 mars 2012

Vénus en fourrures :

Rodolphe Burger : Venus in Furs (p.8, 6'06), extrait de this is a Velvet Underground song I'd like to sing (Dernière bande / l'Autre distribution, 2012)

• The Velvet underground & Nico : Venus in Furs (p.4, 5'10), extrait de l'album éponyme (Polydor, 1967)

• Trash Palace : Venus in Furs (p.5, 3'31), extrait de Positions (Discograph, 2002)

Half Asleep : The Bell / The fifth stage of sleep / For God's sake, Let them go (p. 2 à 4, 12'), extraits de Subtitles for the silent versions (We are unique Records, 2011)

Mathias Delplanque : Passeport 2 (lille) / Passeport 3 (Dieppe) (p. 2-3, 16'), extraits de Passeports (Bruit clair / Cronica, 2010)

Le ciel brûle :

Fennesz / Daniell / Buck : Unüberwindbare Wände (p.1, 8'33), extrait de Knoxville (Thrill Jockey records, 2009)

Partager cet article

commentaires