Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Musiques Singulières

    Pour les amateurs de dépaysement, de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique !
    Index des musiciens à votre disposition dans la Catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures. 
N.B Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

Publicités imposées !

Chers visiteurs,

  Désolé pour l'invasion publicitaire, consternante : je la déplore et j'en souffre autant voire plus que vous. En attendant une alternative (pas facile), je vous conseille, si vous naviguez avec Firefox, d'installer une extension anti-pub.

21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 14:56
Le second était en solde chez un disquaire connu. Premier disque acheté depuis bien longtemps dans un magasin, c'est-à-dire depuis mon passage à Internet, il faut bien l'avouer (j'achète en ligne, n'allez pas croire, non, j'aime les vrais disques, avec pochette, notes, pas les fichiers dépersonnalisés, les morceaux orphelins d'albums inconnus...) Le premier se trouvait sur une brocante. D'habitude, c'est le désert pour les musiques inactuelles. Mon dernier achat marquant sur une brocante remonte à la trouvaille de Out of season de Beth Gibbons, un de ces disques qui nous poursuivent, allez savoir pourquoi, quelque chose de fêlé dans la voix, le temps qui roule ses galets d'infini, attrapé dans les filets de mélodies rouillées.
   Bref, me voilà avec deux disques de 1996, le beau hasard en somme, deux fragments d'une année qui s'éloigne à la même vitesse que les autres. 1996 qui semble avoir quelque chose à me dire. En effet, comme j'enlève le cd de Jean-Philippe Goude pour le mettre dans le lecteur, je découvre une citation d'un livre déjà lu plusieurs fois, d'un livre admirable à mes yeux :
   "Quand on aura allégé le plus possible les servitudes inutiles, évité les malheurs non nécessaires, ilrestera toujours, pour tenir en haleine les vertus héroïques de l'homme, la longue série des maux véritables, la mort, la vieillesse, les maladies non guérissables, l'amour non partagé, l'amitié rejetée ou trahie, la médiocrité d'une vie moins vaste que nos projets et plus terne que nos songes : tous les malheurs causés par la divine nature des choses."
   Quel rapport entre les Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar et la musique de Jean-Philippe Goude, l'extrait pris comme titre mis à part ? Tout semble les opposer : gravité et hauteur chez Yourcenar, légèreté variée chez Goude. Deux voies pour parvenir à circonscrire "la divine nature des choses". Le personnage romanesque est fasciné par les danseurs barbares aux confins des terres danubiennes, par les rites exotiques de peuplades qui pétrissent le mystère sans vergogne. Jean-Philippe Goude, échappé solitaire des terres Magma et Weidorje, joue les cavaliers de l'air. Rien qui pèse, des mélodies simples, qui deviennent parfois ritournelles à la Wim Mertens, morceaux de chambre façon Michael Nyman. Les timbres apparaissent, se mêlent avant de s'éclipser pour distiller mélancolie ou gaieté. L'orgue de cristal cède la place au piano, aux clarinettes, au violoncelle, au xylophone, et à bien d'autre
s instruments qui sont un peu l'équivalent des différents peuples tant contemplés par Hadrien. Tout cela danse, "je suis chose lègère", "fugace", "léger et disposé", ce sont quelques-uns des titres de cet album sans prétention. Qui a dit que le divin devait être lourd, pesant comme une statue de marbre ? Variété de chambre à air, si j'ose dire..., pour apprendre à devenir impalpable.
   En 1996, Polly Jean Harvey co-signe avec John Parish "dance hall at louse point", les mots pour elle, la musique pour lui. Un album écorché, intimiste, avec la voix qui dérape parfois vers des aigus sidérants. A la confluence du rock et du blues, c'est un parcours chargé d'émotions, d'électricité, qui n'a rien perdu de sa charge humaine, de sa fulgurance parfois maladroite. Si Goude vous semble trop primesautier, voire inconsistant, plongez chez PJ Harvey et John Parish, c'est l'autre manière d'appréhender la divine nature des choses.
Pour aller plus loin
- Le site officiel de Jean-Philippe Goude.
- Jean-Philippe Goude sur MySpace (quelques morceaux en écoute, dont un extrait de cet album).
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 23:18
  J'aime toujours beaucoup la musique de Duane Pitre. Avec lui, la musique de chambre s'étire, se fait voluptueuse, s'enroule autour du temps qui perd son agressivité. Lente hypnose qui le décompose pour qu'il se pose au centre des choses..., au centre de notre incessante et méconnue métamorphose.
  Un extrait d'une de ses compositions, ED09, en concert.

Cette composition fait l'objet d'une publication en CD à série limitée, disponible ici.
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 16:16
   Finian Greenall, alias Fink, persiste et signe un nouvel album de chansons entre folk, trip-hop, soul et blues. Après Biscuit for breakfast et Distance and time, Sort of revolution éloigne plus que jamais le gallois de ses platines. Guitare sèche et voix, c'est la base de compositions simples, mélodieuses, étoffées çà et là avec un rare discernement. "Come so far", le premier titre se déploie lentement sur un rythme discret, cordes qui crissent, claquements secs, choeurs en sourdine, petites touches de piano, de Fender Rhodes aussi, avec un côté presque reggae vers la fin. Tout est dit, Fink travaille dans de la belle dentelle. Dès le deuxième titre, "Move on me", on sait qu'on n'oubliera plus ce bijou. Composé et interprété par John Legend au piano, il permet à la voix grave et chaude de Fink de montrer tout son potentiel de séduction bluezzy. Des cordes se joignent à la mélodie hypnotique, puis tout s'efface, ne restent que le piano et les coups frappés sur la guitare pour une coda mélancolique très belle. La guitare, frappée et grattée avec parcimonie, revient en force avec "Six weeks", blues lancinant et dépouillé dont l'économie est prolongée de quelques nappes électroniques. Ce qui frappe à chaque fois, c'est le sens de la mesure, rien d'appuyé, des ajouts qui forcent l'attention plutôt que de l'accaparer. Vous allez me dire, voilà justement la musique, la vraie, je suis d'accord, mais force est de reconnaître que les orfèvres sont rares, que beaucoup de chanteurs / compositeurs travaillent plus avec le bulldozer qu'avec le burin du graveur, non ? "Nothing is Ever finished" étale sa nonchalance feutrée, "temptation happens to everyone", pourquoi se hâter puisque "Baby blue, i waVoici l'homme !nt to kiss you", cela s'appelle la sensualité. Deuxième chef d'oeuvre avec "See it all", piano à nouveau, en boucles rapides, coups frappés sur la caisse de la guitare, la voix nue, presque a capella entre les cellules harmoniques, le morceau s'amplifie par brefs moments lyriques, cymbales rares, batterie sèche, fin chorale à tendance minimaliste superbe. "Q&A" , claquements de mains, murmures en choeurs sourds, coups métalliques, est le morceau le plus soul ou gospel, là encore très tenu, aéré, émaillé de trouvailles sonores par touches légères. De la musique à déguster avec toutes nos papilles auditives, affalé dans un divan moelleux, en bonne ou mauvaise compagnie !! "If I had a million" fait claquer les cordes, la voix se laisse glisser dans des répétitions lancinantes, et je ne crie pas au scandale, car la pauvreté, on la sent un choix esthétique, pas une limitation de l'inspiration. Battements et intrusions sonores diverses animent le frémissant "Pigtails", marqué par une splendide micro-intervention d'harmonica. Ouverture à l'orgue électrique pour "Maker", joli morceau à nouveau très soul, avec une allure dub marquée et une courte flambée de guitares électriques un peu avant la fin. L'album se conclut par "Walking In the Sun", voix  -cette voix qui me fait penser à Chris Whitley, et guitare, à la fois dépouillé et si chaleureux, que de courts fragments choraux tirent à nouveau vers le gospel. Le parcours est impeccable, aucun morceau faible, pas de remplissage.
Paru en mai 2009 chez Ninja Tune / 10 titres, environ 50 minutes.
Pour aller plus loin
- Ma liste de titres de Fink.

- Fink sur MySpace.
- le site de Fink.

Programme de l'émission spéciale du dimanche 5 juillet 2005 (dernière avant la reprise en septembre)
Fedaden : Danseur inutile (avec Dominique A, piste 2, 4' 59)
                         Music box / Mélodie (p.4-5, 8' 24), extraits de Broader (Nacopajaz, 2009)
Torso : Mona / Je suce des piles au lithium / Dresseur d'animaux (p.2-3-5, 12' 30), extraits de Rien de nouveau [en quelque sorte] (Factotum records, 2009)
Fink : Move on me / See it all (p.2-5, 9' ), extraits de Sort of revolution (Ninja Tune, 2009)
Neon : 22:22 / Il se faufila entre les arbres (p.1-2, 6' 23)
                perpétuelle / La mer, indifférente (p.3-', 6' 09), extraits de au théâtre des sons imaginaires (¨Poeta Negra, 2007)
Daniel Lentz : Point conception (p.1, 36' 48), extrait de Point conception (Cold blue music, 2007)
Spyweirdos : Seven ways to kill a tree / Come down (p.1-2, 6' 08)
                                Swamp of sorrow / Desert people (p.3-4, 5' 40), extraits de Seven ways to kill a tree (Creative space, 2007)
Nota Le blog restera en principe actif en juillet et (un peu moins...) en août.

2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 22:13
flight from samarkand                                                                                                        Peu de temps en ce moment à vous consacrer, chercheurs de musiques singulières...J'ai trouvé, en guise d'intermède, d'interlude, cette petite vidéo avec des marionnettes sur une musique de Vizier of Damascus : lotte reinger studios vizier of damascus rework for HELMI SALIM STUDIO YEMEN.  Bon voyage !
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 18:47
   Le récemment défunt label grec Poeta negra n'a pas fini de livrer ses trésors. Keene, un trio composé de Kostas Giazlas, Haris Martis et Dimitris Mitsopoulos, renforcé parfois du violoncelliste Evi Kazantzi,  au départ un projet audio-visuel, propose une musique alliant sons acoustiques et textures électroniques pour créer des ambiances denses, volontiers incantatoires, répétitives parfois. "Patch", le premier titre, juxtapose notes obsédantes de guitare et appels troubles de claviers, échantillons sonores de bruits divers. "Stroked trees" commence par une belle intro très mystérieuse au piano et aux claviers, puis surviennent guitare et cordes en vagues épaisses, peut-être un trombone en fond, le morceau avance dans la forêt inconnue, rythmé par une pulsation profonde, tranquille, qui ignore les accidents sonores surgis de tous les coins de l'espace. Musique architecturale, en réfractions multiples, comme, sur la couverture de l'album, cette structure du Prada Epicentre Store de Tokyo, conçu par le bureau d'architecture suisse Herzog & De Meuron. Ouverture en apesanteur pour "The River", le titre 3, avant une rupture inattendue, l'entrée en force d'une guitare électrique en boucle courte, du violoncelle plaintif sur bruits de pas qui résonnent lourdement, courant puissant et lent qui charrie tout jusqu'à ce que le violoncelle demeure presque seul en scène, que tout reparte plus puissamment encore tandis que l'arrière-plan se charge d'alluvions bruitistes, avant un duo inégal entre le violoncelle très en avant et la guitare peu bavarde accompagnée d'une clochette lointaine, coda mélancolique avant "Here", morceau pointilliste tout en perspectives lointaines, lui-même sorte d'interlude pour "Weir of fog", collage subtil de piano léger, appels étranges de claviers-cors, grappes de notes de cordes, entrecoupé de micro-silences. La musique de Keene tient du cristal, prismatique, tout en surgissements, en métamorphoses permanentes. "Door on glass", le titre 6, est magistral, inoubliable : dialogue en boucle obsessionnelle entre le piano et la guitare, ponctué de poussées de claviers. On est enfermé dans le labyrinthe, la structure s'opacifie, la tension monte, reflue, rendue sensible par la disparition progressive du piano, englouti sous d'autres boucles d'une sorte de glockenspiel synthétique. La musique devient hantée avec "Cave of error", peuplé de voix fantômales, de chuintements et de rumeurs, le violoncelle déploie un lamento lamentable, un rituel de sorcellerie se tient là-bas, dans les tréfonds. Nous voici devant la clôture, "The Fence", adagio majestueux en canon à la Arvo Pärt (encore lui, source d'inspiration très fréquente...), cordes élégiaques ad libitum, quels trains partiront pour quels ailleurs... Un des excellents albums de ce label consacré aux musiques électroniques-expérimentales.
Label : Poeta Negra, 2007 / 8 titres, environ 45 minutes
1   Patch (3:12)
2   Stroked Trees (8:37)
3   The River (9:12)
4   Here (1:34)
5   Door On Glass (5:14)
6   Weir Of Fog (7:59)
7   Cave Of Error (4:08)
8   The Fence (6:07)
Pour aller plus loin
- trois morceaux disponibles ici.(les 1, 2 et 6)
- pour acheter le disque ici.
Programme de l'émission du dimanche 14 juin 2009
Sonic Youth : Sacred Trickster / Anti-orgasm (pistes 1 et 2, 8' 20), extraits de The eternal (Matador Records, 2009)
Michael Rother : Feuerland (cd2, p.7, 7' 20)
Rune Lindblad : Till Zakynthos (cd2, p.10, 13' 39), extraits de an anthology of noise & electronic music, vol.3 (Sub Rosa, 2005)
An on Bast : Foible / used to S / the purpose of sleep (p.2-6-7, 13' 30), extraits de Words are dead (Rednectic Recordings, 2007 ?)
Vizier of Damascus : Lectures / Secretive modesty living on top of the London rainbow / Lament halves (p.1-2-4, 9' 30 ), extraits de Badshahi (Rednetic recordings, ?)
John Balke : Giada / scintilla / Spread / Castello / Resilience (p.1 à 5, 16' ), extraits de Book of velocities (ECM, 2007)
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 21:33
   Non, je ne vous abandonne pas, c'est le temps qui me fait défaut depuis quelques jours. La matière ne manque pourtant pas, soyez rassurés. Je ratisse les ondes, le net surtout, vaste prairie fleurie de petites maisons de disques attachantes, qui méritent bien mieux que la petite niche où l'incuriosité, le conformisme...et le mercantilisme ravageur tendent à les confiner. Après avoir débusqué Debruit&desilence, ce très beau label parisien, je braque mon puissant projecteur sur Rednetic recordings, label anglais consacré aux musiques électroniques. C'est en suivant la piste d'An on Bast, artiste de la scène électro polonaise, que j'ai trouvé son asile actuel et que j'ai ainsi pu me procurer son deuxième disque, Words are dead, un sept titres dans la lignée de Welcome scissors : électro délicate, tout en textures fines, avec des flambées lyriques inspirées de musiciens comme Mozart, Liszt ou Arvo Pärt. Elle invoque également l'influence d'Autechre..."sth important", le quatrième titre, est sans doute le sommet : claviers en boucles lancinantes, beats démultipiés, texte dit fragmenté et traité comme la pâte feuilletée musicale. Du très beau travail, décidément une artiste à l'univers très personnel.
   Sur le même label, après quelques écoutes, j'ai aussi déniché
Arfan Ezra Munir Rai, alias Vizier of Damascus, un anglais dont les racines familiales sont en Arabie, vers Samarcande, bref dans un Orient peut-être en partie fantasmé -comme on peut le voir sur son site Myspace. "Badshahi", un neuf titres, est un disque prenant inspiré par ses voyages de la Lybie à l'Ouzbékistan. Morceaux emprunts d'une poignante mélancolie, avec "Lament halves", lui aussi très inspiré par l'estonien Arvo Pärt, un canon magnifique piqueté de beats et de scratches ; paysages sonores apaisés, baignés de lumière diffuse dans l'hypnose des soirs interminables, comme sur le titre éponyme hanté par un hypothétique muezzin. L'impression que le temps s'est arrêté, soudain, immémorial à jamais, déconnecté de toutes les folies humaines. Il y a du mystique chez ce voyageur en quête d'origines, sculpteur attentif d'espaces sonores denses déchirés par des percussions erratiques.
Pour aller plus loin
- le site de Rednetic recordings, sur lequel vous trouverez des extraits à écouter.
- la page Myspace de An on Bast : je vous recommande particulièrement "cyesmolik".
- la page Myspace de Vizier of Damascus, très belle.
- une vidéo sur "Foible", deuxième titre de Words are dead. Vous pourrez la voir en direct sur la vidéo associée suivante, sur le titre 5, "moonsiso".

Programme de l'émission du dimanche 7 juin 2009
Fink : Move on me / Six weeks / Nothing is ever finished (pistes 2 à 4, 11' ), extraits de Sort of Revolution (Ninja Tune, 2009)
Doctor Flake : Comedy / Loveless / Fin (p.10 à 12, 8' 10), extraits de Minder surprises New deal / Differ-ant, 2009)
Louisville : the only thing to come now in the sea / Soir / Forest (p.4 à 6, 16' ), extraits de a silent effort in the night (debruit&desilence, 2009)
Keene The River / Here / Weir of fog (p.3 à 5, 16' ), extraits de The River and the fence (Poeta Negra, 2007)
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 18:23

Paris at night

Trois allumettes une à une allumées dans la nuit
La première pour voir ton visage tout entier
La seconde pour voir tes yeux
La dernière pour voir ta bouche
Et l'obscurité tout entière pour me rappeler tout cela
En te serrant dans mes bras.

 

Pour toi mon amour

 Je suis allé au marché aux oiseaux
Et j'ai acheté des oiseaux
Pour toi
Mon amour
Je suis allé au marché aux fleurs
Et j'ai acheté des fleurs
Pour toi
Mon amour
Je suis allé au marché à la ferraille
Et j'ai acheté des chaînes
De lourdes chaînes
Pour toi
Mon amour
Et je suis allé au marché aux esclaves
Et je t'ai cherchée
Mais je ne t'ai pas trouvée
Mon amour


   Doctor Flake, pour son troisième album Minder surprises, a choisi de nous raconter un conte. Dans un coin, alors que les musiciens parlent des instruments qu'ils jouent, n'écoutent même pas la musique, un homme se tait. L'un des musiciens finit par lui demander de quel instrument il joue, lui qui se tait. Sa réponse, c'est le disque tout entier, qui s'ouvre sur un phrasé obsédant de clavier et.. .sur deux poèmes presque enchaînés de Jacques Prévert (reproduits ci-dessus), extraits du recueil Paroles publié en 1945. Quel rapport me direz-vous ? Quels rapports plutôt. Rapport à la langue française, déjà, qui regagne sa place dans la musique électro, laquelle se marie admirablement à la poésie, l'auriez-vous oublié ? Rapport à une esthétique du collage, ensuite, dont le chirursicien - non, ce n'est pas une coquine de coquille, vous comprendrez bientôt si vous ne faites pas partie du clan des Flakiens, est un expert patenté. Après l'introduction, "Amours obscurs" nous introduit dans un univers mélancolique et doux, ritournelle pour clavier, guitare et percussions ponctuée de soupirs féminins. "A last dance with Leon" est une danse obsédante pour pantin désarticulé. Et c'est le magnifique "Fightclubbing", boucles de piano, paroles chuchotées et déformées de Vale Poher, guitares grondantes qui strient l'arrière-plan, l'incendie sensuel de la voix enfin nue, atmosphère lourde, on voudrait toucher le ciel...des pas se rapprochent, puis s'éloignent... La suite alterne morceaux franchement hip-hop, comme les excellents "Let us play with your brain" et "Hip hop tourist", ou résolument électro-atmosphériques comme l'ensorcelant "Sweep Out", le brumeux "Comedy", le délicat "Eclaircie", ou encore quasi techno comme l'exsangue et alangui "Loveless", sur lequel on retrouve la voix insinuante de Vale Poher. Collage parfait en son genre, qui digère tous les échantillons prélevés par le Docteur ChirurSicien pour distiller des morceaux évidents, prenants, voire très émouvants. L'air de rien, un bel album poétique, qui coule ...comme du Prévert.

Paru en mars 2009 chez New Deal / Differ-ant, 12 titres (10 si l'on enlève l'introduction et la fin), environ 36 minutes

Pour aller plus loin

- un joli travail vidéo sur "Comedy"

 

 

- Doctor Flake sur My Space.

- le site officiel de Doctor Flake

A écouter également

Les deux albums précédents de Doctor Flake, Intervention chirursicale (2006) et Paradis dirtyficiels (2007), tous les deux en écoute sur Musicme.

4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 15:49
"Des champs / de l'eau / Chicago", le refrain murmuré du premier titre, "LouisEville", donne le ton de ce disque étonnant, d'une liberté poétique et musicale superbe. Un disque de rêve, aéré, sensuel, fougueux, mystérieux, qui passe du folk au post-rock et à l'expérimental, l'électronique, du texte dit du bout des lèvres, qui nous fait tendre l'oreille, aux ballades limpides, évidentes, du français à l'anglais (et au russe ou au polonais comme en passant).
  Olivier Cavaillé, multi-instrumentiste, Félicia Atkinson, textes et voix, Nikolu, guitare et basse, sont à l'origine de ce voyage imaginaire entre Louisville et Chicago.  "Dans LouisEville il y a Louisville", ça commence ainsi, par une évocation litanique des groupes mythiques de Louisville, avec un banjo balbutiant en fond, puis la guitare survient, le banjo lui emboîte le pas, la ballade surgit, le poème s'efface pour reprendre ensuite, et plus tard le texte dit par Félicia" se mêlera à la voix masculine chantée. Quel bonheur ! "a silent effort", quelques griffures électroniques,  la voix distordue de Félicia entre chant et murmure, les cordes suaves, le morceau vire au post-rock, guitare brûlante. "Matin" est un interlude brumeux, piano ouaté, miracle de la venue de la lumière sur les eaux,  bruits feutrés. Le monde est mystère, claviers suspendus, voici "The only thing to come now in the sea", " Tout n'est pas doux / Les aiguilles, les eaux croupies / Les stades, les stades vides / à contourner sans conduire / Les trombes couchées autour forment un rectangle / Autour de l'ovale vert et blanc / Une flaque, une mare / Une larme sur le gazon sec / Clairsemé / ", le morceau s'échauffe, "c'est l'été vers sa chute / la chute de la lumière sur les écorces", l'anglais prend le relais, le poème se fait vibrant, les guitares rageuses ou obsédantes pour une fin de morceau entre incandescence et intensité radieuse, apaisée. "Soir" répond à "Matin", à peine deux minutes hantées par le piano et le violoncelle dans une atmosphère trouble à la Harold Budd, avec les accents cristallins d'un glockenspiel dansant dans le crépuscule. Nous entrons dans la "Forest", le plus long titre avec ses un peu plus de huit minutes, morceau extraordinaire, atmosphérique, "Forest glass / Forest / hidden.(...) The evening is falling down / The forest locked us on / It's around us / A green circle made of leaves / With a visible hole inside", touffeur moite, mots troués de russe, crépitements, résonnances sourdes, le français revient, l'eau est là, voda, l'envolée soudaine des sons électroniques (Jean-Yves Macé n'est pas loin !?), dans le marais des sons d'inquiétants dérapages, "La rivière est un lasso / Chaque tige dans l'eau dévie la surface". Musique idéale pour Dans la brume électrique de Bertrand Tavernier, car elle aussi peuplée de revenants, saturée de présences. On peut alors s'abandonner, dans la lumière revenue et les repères retrouvés, à la magnifique ballade finale, interprétée par Sylvain Chauveau : entrée dans la légende country... L'un des plus beaux disques de ces premiers mois de 2009, celui qui me touche le plus en tout cas.
7 titres / 32 minutes environ (album court, mais intégralement superbe... aucune allusion à la chronique précédente ?)
Pour aller plus loin
- Louisville sur MySpace
- Pour acheter l'album, sur le site du label debruit&desilence
- le blog de Félicia Atkinson
Programme de l'émission du dimanche 31 mai 2009
Archive : Bullets / Words on signs / Dangervisit  (pistes 2-3-4, 17' 40), extraits de Controlling crowds (Warner, 2009)
Louisville : LouisEville / a silent effort / Matin (p.1 à 3, 12' 20), extraits de a silent effort in the night (debruit&desilence, 2009)
Jon Balke : Toda sciencia trancendiendo (p.11, 12' 22), extrait de Siwan (ECM, 2009)
 Doctor Flake : Melting feelings / Eclaircie / Hip Hop tourist (p.6 à 8, 10' 20), extraits de Minder surprises (New deal / differ-ant, 2009)
An on Bast : permissum sulum / foible / sth important (p.1-2-4, 16' ), extraits de Words are dead (Rednetic records, 2008)