Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Musiques Singulières

    Au fil du temps, une encyclopédie visuelle et sonore des musiques différentes (plus ou moins). Pour les amateurs de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique ! Utilisez le module "Recherche" pour trouver musiciens ou disques. Créé le 20 février 2007.
N.B. Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 15:30
Laurent Saïet & Guests - After the Wave
Laurent Saïet & Guests - After the Wave

   Membre de plusieurs groupes dans les années quatre-vingt et quatre-vingt dix, Laurent Saïet est aussi le cofondateur avec Thierry Müller et Thierry Loizillon du label Trace sur lequel il a déjà édité sept albums et un DVD. Il est aussi compositeur de musique de films. Pour ce huitième album sur son label, il a décidé de faire appel à des collaborateurs prestigieux. Edward Ka-Spel (des Legendary Pink Dots) chante ses propres paroles sur les titres 1 et 10. Thierry Müller (Illitch, Ruth) joue du synthétiseur et de la guitare acoustique sur le titre 8. Quentin Rollet (de Nurse With Wound notamment !) improvise des parties (inégalement) savoureuses de saxophone sur six titres et joue du monotron en 9. Le batteur Paul Percheron (Stamp) donne une vigoureuse assise rythmique à huit des onze titres. Quant à Ben Ritter, compagnon musical de longue date de Laurent Saïet, il chante son propre texte en 6 et joue de la clarinette sur le titre 10.

   Laurent Saïet assure tout le reste : mellotron, guitare, basse, claviers, percussion programmée, cordes et instruments électroniques.

   Évidemment, l'empreinte initiale du mellotron, qui lui a servi à enregistrer les maquettes des morceaux, reste sensible et donne à After the Wave  son parfum puissant de rock progressif. Comment ne pas songer aux premiers albums de King Crimson, par exemple ? La participation d'Edward Ka-Spel nous tire vers les Legendary Pink Dots. Est-ce à dire que ce disque regarde vers le passé, verse dans une nostalgie facile ? Certes pas. On ne compte plus aujourd'hui les amoureux du mellotron, comme Jonathan Fitoussi et Clemens Hourrière pour leur génial Espaces timbrés. Le mellotron a un velouté, une profondeur qui en font l'instrument onirique par excellence. C'est un instrument métaphorique : il transporte l'auditeur dans d'autres dimensions.

Pas étonnant que le premier titre soit "Bypass" : l'idée d'une dérivation, d'un court-circuit, mené de voix de maître par le magicien Edward Ka-Spell sur un fond mouvant de mellotron, synthétiseur. Titre envoûtant, mélodique, au rythme irrésistible, enchanté par le saxophone lyrique de Quentin Rollet. Nous voilà emportés, prêts pour "The First wave", dont l'ambiance expérimentale fait songer à la fois à Nurse With Wound ...et à Gong  par ses clins d'œil, sa gentille folie. Ce titre débridé est réjouissant à souhait, comme si mille esprits facétieux surgissaient de toute part dans ce royaume timbré.

   "Lunar Eclipse", après une introduction mystérieuse aux percussions et sons électroniques glissés, retrouve la veine du titre 1 : mellotron, synthétiseurs, guitares flamboyantes, tout un univers mélodieux et envoûtant, très King Crimson et consorts. "Mambo of the 21st Century" ? Une danse chaloupée dominée par le saxophone éloquent de Quentin Rollet ! La seconde vague ("The Second Wave") confirme une sorte d'alternance entre grandes échappées (titres 1 - 3 -5) et intermèdes ludiques et décalés. J'adore cette musique incandescente, lyrique, radieuse, qui dilate le temps. Un régal ! De quoi se perdre sur l'autoroute, serait-ce une allusion à l'univers lynchien ? "Lost on the Highway" est une chanson pop dans la meilleure tradition, interprétée par Ben Ritter : diction impeccable, synthés tournoyants, batterie frémissante, et un curieux dialogue avec une autre voix et un chœur. " Laurent Saïet vous a concocté un petit tour d'enfer, "Hell Ride", motos synthétiques grondantes, batterie et guitare virtuose, du bien huilé ! "Solar Eclipse" forme diptyque avec "Lunar Eclipse", comme un écho adouci du premier, à la limite du sirupeux tout en restant tolérable. Pour moi le titre le plus faible en tout cas... Heureusement, voici la troisième vague, "The Third Wave", bien plus inspirée, dynamique et onirique, parcourue de puissants courants, de textures chatoyantes, chavirantes. Une magnifique réussite ! Basse et guitare en avant, revoici Edward Ka-Spel en maître d'une cérémonie peut-être un peu trop envahie par le saxophone très convenu : du joli gâte la dimension folle...

   Le disque se termine avec "After the Wave", somptueux avec ses cordes graves, ses nappes de mellotron et synthétiseurs : on est à la cour du roi pourpre, atmosphère magique. Et là le saxophone est bien à l'unisson de l'étrange, de ce bruissement des mondes ensorcelants qui nous enveloppent dans leurs longues draperies veloutées.

   Un hommage souvent magnifique à une pop progressive au charme toujours agissant !

Mes titres préférés : 1) "Bypass" (1) / "Lunar Eclipse" (3) / "Lost on the Highway" (6) / "The Third Wave" (9) / "After the Wave" (11)

2) "The First Wave" (2) / "The Second Wave" (5) / Hell ride" (7)

Et n'oublions pas les collages fantasques et jubilatoires de Thierry Müller, inspirés par le peinture, la sculpture et l'architecture  !!

Paru en juin 2021 chez Trace Label / 11 plages / 55 minutes environ

Pour aller plus loin :

-album en écoute et en vente sur bandcamp :

Laurent Saïet & Guests - After the Wave
Laurent Saïet & Guests - After the Wave
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 16:15

   Une sélection un peu plus fournie, dans les bacs de Radio Primitive. Côté rock, on aime l'ambiance moite des films noirs. Côté presque rap, on est vengeur, et j'applaudis à la pochette de Mascarade. Le rockeur Jack White se voit en bleu parmi les anges d'un cimetière. Il est pensif. Ferait-il tourner les tables ? Sa dulcinée lui manquerait-elle ? Je crois l'avoir retrouvée sur les glaces de la Moskova, sur le point de chanter "L'Internationale" avec Soviet Suprem.

   Puis j'ai été ému par Émilie Simon, presque "Mue": belle pochette et livret soigné, délicat et raffiné, à l'excès ? Faites bien défiler cette section...

Du côté des pochettes (4)
Du côté des pochettes (4)
Du côté des pochettes (4)
Du côté des pochettes (4)
Du côté des pochettes (4)
Du côté des pochettes (4)
Du côté des pochettes (4)
Du côté des pochettes (4)
Du côté des pochettes (4)
Du côté des pochettes (4)
Du côté des pochettes (4)
En grand format, pour l'émotion...cliquez !!

En grand format, pour l'émotion...cliquez !!

Publié par Dionys - dans Du côté des pochettes
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 19:00

   À chaque fois que je fouine dans les bacs des disques, je me dis qu'il y aurait là matière à une thèse sur l'art des pochettes, même si celles des cds sont moins grandes que celle des vinyls. Rassurez-vous, je ne vais pas me lancer dans une telle étude, mais réactiver la catégorie "Du côté des pochettes". Du contenu musical, c'est entendu, je ne dirai rien, ou alors ce serait un article dans une des autres catégories. Je proposerai une sélection de pochettes : belles, inventives, drôles, kitsch, improbables, folles, étranges, selon l'humeur. L'inventaire émerveillé et malicieux d'un monde assez méconnu. Pour ce soir, en voici deux. J'ai tout de suite aimé le nom du groupe Les Ramoneurs de Menhirs : une façon drôle de dire qu'il s'agit de bousculer la tradition, d'où la juxtaposition de clichés bretons ( le champ de menhirs en arrière-plan, la bretonne avec sa coiffe au premier plan à gauche) et le profil d'une berbère, de quoi faire bondir les traditionalistes, outrés de voir la bretonne affublée d'un tapis berbère en guise de vêtement. Quant à Rodrigue, voici un sacré zèbre !

   Réjouissons-nous !

Du côté des pochettes (3)
Du côté des pochettes (3)
Publié par Dionys - dans Du côté des pochettes
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 21:03

   La surdité de certains spectateurs ou critiques de cinéma me stupéfie toujours. À les écouter parler, on a l'impression que la musique du film n'est pas parvenue à leurs oreilles. Fascinés par les images, ils n'entendent que les dialogues. De même, lorsque l'on parle de disques, on a tendance à oublier la pochette, le livret, qui représentent un travail, affirment des choix esthétiques. Dans cette nouvelle catégorie, je vous livrerai une sélection de reproductions de pochetttes, couvertures ou pages intérieures de disques dont je n'ai par ailleurs guère envie de chroniquer la musique, soit parce que je la trouve mauvaise, ou qu'elle m'indiffère, ne m'inspire guère, ou encore que je laisse à d'autres parce qu'elle n'est pas dans mes cordes. Je ne vous cache pas que cette catégorie me permettra aussi de vous envoyer un signal dans les périodes où mes diverses activités laborieuses m'accaparent impitoyablement, ce qui est un peu le cas ces jours-ci d'ailleurs.

  Avant de vous livrer ma première trouvaille, je vous signale que je travaille dur à un futur index des musiciens cités dans ce blog depuis sa création en février 2007...

  Quant à la sélection, elle obéira aux fluctuations de mon humeur. Elle sera magnifique, drôle, décalée, émouvante, lamentable, insignifiante, ridicule, gothique, infantile, souveraine, grandiloquente, curieuse...Attention, premier échantillon...

Deux des pages intérieures de BEACHCOMBER'S WINDOWSILL, un album d'un groupe d'Oxford nommé Stornoway. Sorti en Août 2010 chez 4AD. Graphisme d'une grande finesse. Toute la mer dans une pochette !!

Du côté des pochettes : du plaisir pour nos prunelles.
Publié par Dionys - dans Du côté des pochettes