Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Musiques Singulières

    Pour les amateurs de dépaysement, de découvertes. Formats longs bienvenus : prendre le temps de la musique !
    Index des musiciens à votre disposition dans la Catégorie du même nom.
Créé le 20 février 2007, ce blog prolonge une émission sur Radio Primitive, Reims, la plupart des lundis de 22 à 23 heures. 
N.B Format de votre fenêtre presque carré pour voir le haut des colonnes !

Recherche

Publicités imposées !

Chers visiteurs,

  Désolé pour l'invasion publicitaire, consternante : je la déplore et j'en souffre autant voire plus que vous. En attendant une alternative (pas facile), je vous conseille, si vous naviguez avec Firefox, d'installer une extension anti-pub.

12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 12:10
  Je ne connaissais pratiquement pas Jean-Louis Murat avant Tristan, paru en mars de cette année. Et me voilà pris au charme du troubadour, multi-instrumentiste, parolier et compositeur, qui signe à lui tout seul un disque léger et grave, élaboré et évident. Sans doute," Mousse noire" a tout du hit, le trop habituel vide abyssal des paroles en moins : toute la différence avec la chanson commerciale est déjà là, dans le texte, la langue travaillée avec bonheur. Comme chez Apollinaire, l'élégiaque y côtoie l'obscène pour dissoudre d'emblée l'insupportable sentimentalité des chansons dites d'amour : " Flot amer au gosier d'amant / Dans la boue qui va pataugeant / Doux Colin foutez donc Margot / Rien ne sais je t'ai dans la peau ". Rien d'appuyé toutefois, aucune emphase dans cette errance amoureuse qui évite non sans malice tous les clichés, navigue entre gaieté et désespoir avec un naturel confondant, une naïveté salutaire. Jean-Louis Murat réussit le tour de force de sortir Tristan de sa gangue épaisse d'amoureux transi pour en faire un amant lumineux et sensible, toujours brûlant de désir, jusqu'à retrouver des accents ronsardiens dans la réaffirmation finale d'un Carpe diem intemporel : " Ma  cyprine céleste / Près du cercueil que devient la beauté ? / Vous périrez ma chère / Peut-être même / m'entendrez-vous chanter ". L'album, toujours mélodiquement inspiré, réserve de plus de purs chefs d'oeuvre bouleversants et délicats comme "L'amour en fuite", "L'hermine", ou encore "Chante bonheur", cantique miraculeux et tournoyant qui " chante bonheur / Au vent mauvais ". Une divine surprise, et une pochette superbe !
    Les hasards des sorties me comblent. Il s'agit à vrai dire d'une réédition. L'opéra d'Elodie Lauten (cf. article du 7 juillet 2008), composé en 1984 et paru en 1985 sur le label Cat Collectors Productions, vient d'être republié en juillet 2008 par Unseen worlds. Il faut saluer cette réapparition d'une oeuvre-clé d'un post-minimalisme radical et flamboyant. Conçu pour voix de soprano, alto, contralto et baryton, cet opéra recourt aussi au violoncelle, à la guitare électrique, au trombone, sous la houlette d'un Fairlight CMI, synthétiseur-échantillonneur et d'un instrument fabriqué par Elodie, une sorte de lyre triangulaire électro-acoustique. Après une introduction à la lyre, les deux actes confrontent Don Juan à la Mort. Celle-ci se montre à lui sous les traits d'une de ses nombreuses conquêtes  qui lui parle en langues pour lui révéler progressivement combien désertique a été sa vie, provoquant chez Don Juan une véritable désintégration intérieure, hallucinée, avant sa délivrance, sa transfiguration. Elodie Lauten nous entraîne dans un espace intérieur vertigineux, peuplé de voix fantomales, animé de forces sourdes comme des mantras telluriques. A mon sens, un opéra aussi important que le Einstein on the beach de Philip Glass, dont la célébrité tient peut-être autant au talent du metteur en scène Robert Wilson. Ajoutons qu'Elodie Lauten est une enchanteresse redoutable avec sa voix profonde d'alto ou de contralto, et qu'elle réussit au passage un étourdissant duo avec le ténor Arthur Russell. Cette new-yorkaise d'origine française mérite décidément d'être plus connue : c'est une artiste majeure d'aujourd'hui, puissamment originale, qui sait allier dans une alchimie dépaysante voix, instruments acoustiques et sons électroniques.
Pour aller plus loin :
- le site de Jean-Louis Murat.
- le site d'Unseen worlds (en écoute un fragment de l'opéra d'Elodie).
- le site d'Elodie Lauten.
-------------------------------------------------------
Programme de l'émission du dimanche 28 septembre 2008
Jean-Louis Murat : La Légende dorée (piste 1, 4' 46)
                                            L'amour en fuite (p.2, 5' 10)
                                            L'Hermine (p.4, 3' 39), extraits de Tristan (V2 music/Universal, 2008)
Kyle Gann : Etude n°10 "Unquiet night (p.10, 16' 20), extrait de Nude rolling down an escalator (New World records, 2005)
                             
Long night, titre unique de Long night (Cold blue music, 2005)
Michael Gordon : Light is calling ( 7' 03 ), extrait de Light is calling Nonesuch, 2004), un des indicatifs de fin d'émission.
 
    

Partager cet article

commentaires